Oct
21
dim
Rally Against Prisons
Oct 21 @ 15 h 00 min – 16 h 00 min
Rally Against Prisons

From the 21st to 26th of October, 2018, Montreal will be the site of the International Corrections and Prisons Association (ICPA) conference, hosted by Correctional Services Canada. The theme this year is “Beyond Prisons: The Way Forward.” Highlighted as topics of some of the conversations are: going forward to make imprisonment and community supervision both more humane and effective, using technology to humanize corrections, and improving community engagement.

The conference is aimed at corrections and prison staff, offering them a mess of programming, including academic research, presentations, and guided visits to prisons, to entrench the view that prisons can be humane, and their professions anything other than deplorable. Also invited are CEOs of companies who cater their businesses towards prisons—whether that be in the form of making electronic bracelets or making the terrible food served in prisons. The conference will include “facility visits” to a halfway house in Saint-Henri, two federal prisons in Laval, and the provincial prison in RDP. (For more info on all the different aspects of the conference visit: icpa.ca/montreal2018)

On Sunday October 21st at 3pm—on the two-month anniversary of the 2018 Prison Strike—there will be a rally against all prisons, outside the ICPA Conference at the Montréal Marriott Chateau Champlain, 1050 Rue de la Gauchetière Ouest (metro Bonaventure).

Bring banners, signs and noisemakers!

Against all prisons, even the “nice” ones!
The only way forward is an end to prison!

for more information: https://montrealcontrelesprisons.wordpress.com/

We think there are many reasons to oppose this conference, but have decided to highlight the following:

Under the pretext to create more “humane” detention conditions for migrants, CBSA has been awarded huge government budgets for creative new control measures for migrants. Work has begun to attempt to construct a new, higher tech, “more humane” migrant prison in Laval, on land owned by the Correctional Services of Canada. It is meant to replace the current migrant prison right nearby, and “look less like a prison.” In the context of rising fascism and anti-migrant sentiment in Quebec and Canada more broadly it is entirely possible that the number of prison spots available to enforce deportations could double in the coming years, should the current prison be kept open and the new one successfully built. Regardless, a new humanized migrant prison, or the “alternatives to detention” such as ankle bracelets or the equivalent of parole officers for migrants that the government is proposing, should not be embraced simply because they look less like traditional prisons. They serve the same purpose: to expand the CBSA’s capacity for border enforcement and immigration policing—for imprisoning and deporting migrants and to rip people away from their families and communities.

For more information: stopponslaprison.info 

As corrections officials gather to talk about how technology can make prisons more humane, we think about the new protocols in Pennsylvania state prisons that are using technology to sterilize communications and make it impossible for people to send books and other physical mail to people inside.

For more information: booksthroughbars.org/takeaction/

As Correctional Services Canada hosts this conference, we think about the recent outcries against solitary confinement and psychological risk assessments of Indigenous prisoners. We think of the role of Canadian penitentiaries in imprisoning Indigenous people resisting colonization for centuries. We think of the early jails that imprisoned Black people resisting slavery, that continue to imprison Black people at high rates today. We think of all those who have died in prison and who continue to die in prison and those resisting prisons around the world.

We are inspired by the recent Prison Strike that took place in many prisons across the US and Canada, which drew attention to the terrible conditions in jails and prisons, but also to the foundations of the prison system as a whole in slavery and colonialism. The death of a man incarcerated in remand in Burnside jail in Halifax just after the strike reminds us of the stakes of the continuation of imprisonment, in any form. The strength of resistance both inside and outside prison walls during the prison strike inspires us to reject the ICPA’s attempt to make imprisonment seem normal and palatable. We reject the attempt to whitewash the reality of imprisonment and call for opposition to this conference.

Rassemblement contre les prisons
Oct 21 @ 15 h 00 min – 16 h 00 min
Rassemblement contre les prisons

Du 21 au 26 Octobre, Montréal accueillera la conférence de l’Association ICPA (International Corrections and Prisons Association) et c’est le Service correctionnel du Canada (SCC) qui sera l’organisation hôte. Le thème de cette année s’intitule “Au delà des prisons: les voies à suivre”. Parmi les sujets abordés figurent les conversations suivantes: faire en sorte que l’emprisonnement et la surveillance dans la communauté soient à la fois plus humains et plus efficaces, l’utilisation de la technologie pour humaniser les services correctionnels et améliorer l’engagement de la communauté.

La conférence s’adresse aux membres du personnel pénitencier et correctionnel en leur proposant une programmation décousue comprenant des recherches académiques, des présentations et des visites guidées dans les prisons, afin de renforcer l’idée selon laquelle les prisons peuvent être humaines et leurs professions autre chose que déplorables. Aussi, parmi les invités figurent des entreprises qui font affaire avec des prisons que ce soit en fabriquant des menottes électroniques ou en préparant la nourriture malsaine qui est servie en prison. La conférence va aussi inclure des “visites aux institutions” à une maison de transition à Saint-Henri, deux prisons fédérales à Laval et la prison provinciale à Rivières des Prairies. (Pour plus de renseignements sur la conférence: icpa.ca/montreal2018/)

Dimanche le 21 octobre à 15h00—exactement deux mois après le début de la grève des prisonnier.e.s de 2018—il y aura un rassemblement contre toutes les prisons devant la conférence d’ICPA à l’hôtel Marriott Château Champlain de Montréal, 1050 rue de la Gauchetière Ouest (métro Bonaventure). Amenez des bannières, des pancartes et des objets pour faire du bruit!

Contre toutes les prisons, même les “moins pires”!
La seule voie à suivre est d’en finir avec la prison!

pour plus de rensiegnements: https://montrealcontrelesprisons.wordpress.com/

De nombreuses raisons existent pour s’opposer à cette conférence, mais nous avons choisi de souligner les points suivants:

Sous prétexte de créer des conditions de détention plus “humaines” pour les migrant.e.s, le gouvernement à alloué d’énormes budgets à l’AFSC (Agence des services frontaliers du Canada) afin de développer de nouvelles mesures de contrôle créatives spécifiques aux migrant.e.s. Les travaux ont été entrepris dans l’objectif de construire une nouvelle prison soi-disant “plus humaine” pour migrant.e.s à Laval. Cette prison “à la pointe de la technologie” qui s’installerait sur un terrain appartenant au Service correctionnel du Canada, est destinée à remplacer la prison pour migrant.e.s actuelle située à proximité et à “ressembler moins à une prison”. Cependant, dans le contexte actuel de la montée du fascisme et du sentiment anti-migrant au Québec, et au Canada plus généralement, il semble très plausible que le nombre de places disponibles dans les centres de détentions soit doublé dans les années à venir, si par exemple, la prison actuelle restait ouverte et que la nouvelle était construite avec succès. Quoi qu’il en soit, une nouvelle prison pour migrant.e.s “plus humaine”, ou des “alternatives à la détention” telles que les bracelets de surveillance ou l’équivalent d’agents de libération conditionnelle pour migrant.e.s que le gouvernement propose, ne doivent pas être célébrées sous prétexte qu’elles ressemblent moins à des prisons traditionnelles. Toutes ces mesures ont le même objectif: accroître les capacités de l’ASFC de renforcer les politiques d’immigration en vue d’emprisonner et de déporter des migrant.e.s et d’arracher des personnes à leurs familles et à leurs communautés.

Pour plus d’information: stopponslaprison.info 

Alors que les responsables des services correctionnels se réunissent pour discuter de la manière dont la technologie peut rendre les prisons “plus humaines”, nous pensons aux nouveaux protocoles en vigueur dans les prisons de Pennsylvanie, qui utilisent la technologie pour stériliser les communications et empêcher les personnes d’envoyer des livres et du courrier postal à des personnes se trouvant à l’intérieur.

Pour plus d’informations: booksthroughbars.org/takeaction/

Alors que le Service Correctionnel du Canada est l’organisation hôte de cette conférence, nous pensons aux critiques récentes contre l’isolement cellulaire et aux évaluations des risques psychologiques des prisonnières et prisonniers autochtones. Nous pensons au rôle des pénitenciers canadiens depuis des siècles dans l’emprisonnement des peuples autochtones qui résistent à la colonisation. Nous pensons aux premières prisons qui enfermaient des Noir.e.s résistant à l’esclavage, et qui continuent de les emprisonner à des taux surélevés aujourd’hui. Nous pensons à tou.t.es ceux et celles qui sont mort.e.s en prison et qui continuent de mourir et à ceux et celles qui résistent dans les prisons du monde entier.

Nous sommes inspiré.e.s par la récente grève des prisonnier.e.s dans de nombreux pénitenciers aux États-Unis et au Canada, qui a attiré l’attention sur leurs conditions de vie terribles, mais a aussi mis en lumière les fondements du système carcéral dans l’esclavage et le colonialisme. La mort d’un homme incarcéré en détention provisoire à la prison de Burnside à Halifax, juste après la grève, nous rappelle les ravages de l’emprisonnement sous quelque forme que ce soit. La force de la résistance à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des murs des prisons pendant la grêve, nous incite à nous opposer à ce que l’ICPA présente l’emprisonnement comme normal et acceptable. Nous dénonçons la tentative de blanchiment de la réalité de l’emprisonnement et appelons à l’opposition à cette conférence.