[Avant 2014 – Pour un aperçu assez détaillé de l’activité d’extrême droite des années 1920 aux années 1990, nous vous invitons à lire la brochure «Notre maître le passé?!? Extrême-droite au Québec 1930-1998»]

Atalante

Atalante est un groupe néofasciste « troisième position » formé en 2016 à Québec par des membres et des individus gravitant autour du band hardcore Légitime Violence et du milieu contre-culturel skinhead raciste de Québec (le Québec Stomper Crew). La création d’Atalante reflète la prétention pour ces boneheads de se doter d’un braspolitique pour faire valoir leurs idées toxiques. >>>

Coalition canadienne des citoyens concernés (C4)

Bien qu’étant considérée en principe comme un groupe fédéral, le seul responsable déclaré de la Canadian Coalition of Concerned Citizens , Georges Hallak, est installé à Montréal. Même si le groupe n’organise pas régulièrement des activités, sa page Facebook compte 8 800 abonné.e.s. C4 est essentiellement une plateforme entretenue par Hallak, qui contribue à la banalisation d’idées racistes, en particulier de mythes islamophobes, au Québec et au Canada. >>>

Fédération des Québécois de souche

L’un des principaux groupes québécois d’extrême droite précédant La Meute est la Fédération des Québécois de Souche (FQS), qui se présente comme une «organisation politique nationaliste visant à “réinformer” et briser la rectitude politique». >>>

Front patriotique du Québec

Le Front patriotique du Québec (FPQ) est un minuscule groupe nationaliste qui a organisé une série de manifestations à Montréal entre le printemps et l’automne 2017. >>>

Horizon Québec Actuel

Horizon Québec Actuel a été formé en 2016, à la suite de la démission de Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti Québécois et peu après une rencontre entre trois membres du PQ et Marine Le Pen, la chef du Front National en France. L’organisation, qui est en fait un satellite du FN au Québec, a fait sa première apparition publique en mai 2017 quand son président, Alexandre Cormier-Denis, s’est présenté pour le Parti indépendantiste lors des élections partielles dans Gouin, menant une campagne extrêmement islamophobe. >>>

Légitime Violence

Un groupe RAC (Rock Against Communism), une version raciste et pas écoutable de la oï. Composé essentiellement de l’entourage des Québec Stompers, (un groupe d’amis connus essentiellement pour leur implication dans le trafic de stupéfiants et leur haine des groupes de gauche. Grâce aux efforts des antifascistes, ce groupe de losers racistes est pogné pour faire ses shows en secret dans leur local de pratique devant une dizaine de chums, parce qu’aucune salle ni aucun bar ne veut de leur marde. >>>

Mouvement républicain du Québec

Le Mouvement républicain du Québec est un « groupe non partisan » qui prétend faire la promotion des « droits politiques, économiques et culturels des Québécois ». Ce groupe nationaliste a une forte fascination pour les Patriotes, dont le drapeau a été coopté par l’extrême droite au Québec. La description bon-enfant que l’on trouve sur leur site web cache la xénophobie et l’islamophobie de leur organisation et de leurs membres. Le groupe propage également des théories du complot antisémites. Leur groupe Facebook compte près de 2 433 membres. >>>

Proud Boys

Les Proud Boys (qu’on peut traduire par Gars Fiers) est formé en 2016 par un co-fondateur du magazine Vice Gavin McInnis. Alors que McInnis aime décrire les Proud Boys comme un club d’hommes qui boivent ensemble, c’est plutôt une organisation virulente raciste, sexiste, transphobe, antisémite, islamophobe et anti-immigration de la droite alternative. Les membres du groupe, incluant McInnis, ont été impliqués dans une série de confrontations violentes avec des antifascistes durant les quatre premiers mois de 2017. En avril 2017, ils ont institutionnalisé leur violence en formant une unité paramilitaire nommée Fraternal Order of the Alt Knights, sous le commandement d’une célèbre brute de la droite alternative, Kyle “Based Stickman” Chapman. Le premier juillet 2017, les Proud Boys ont perturbé une manifestation cérémoniale autochtone à Halifax. >>>

Soldiers of Odin Québec

Les Soldiers of Odin – Québec sont un groupe identitaire xénophobe et islamophobe, d’inspiration suprémaciste blanche, surtout actif à Montréal, mais comptant quelques dizaines de membres et sympathisant-e-s ailleurs au Québec. Leur raison d’être première et l’essentiel de leur pratique consiste à mener des patrouilles dans les quartiers populaires pour « protéger » la population native contre la menace imaginée de l’islamisme radical. >>>

Storm Alliance

Storm Alliance (SA) est une organisation anti-immigration active au Québec depuis 2016, née d’une rupture avec Soldiers of Odin (SOO), une organisation plus ouvertement raciste. Le leader du groupe au Québec jusqu’à récemment était Dave Tregget, anciennement chef de Soldiers of Odin, qui n’a jamais caché que son objectif est d’unir l’extrême droite et d’en adoucir l’image. En janvier 2018, Tregget a démissionné suite à des allégations de harcèlement sexuel; il a été remplacé à la tête de l’organisation par Éric Trudel. >>>

Three Percenters (III%)

Les Three Percenters (III %) sont une milice d’extrême droite originaire des États-Unis. Au Canada, c’est en Alberta et en Colombie-Britannique que le groupe est le plus solide. Estimant que l’Islam et l’immigration représentent des menaces pour le Canada et les États-Unis, les « Threepers » tendent à adhérer à diverses théories du complot, à se préoccuper de manière obsessive du droit aux armes à feu (les membres doivent détenir un permis de port d’arme), et à rechercher et relayer compulsivement des rumeurs sur de supposées attaques terroristes imminentes ainsi que des « preuves » de diverses attaques dont l’existence aurait été « dissimulée » par les médias. >>>

Vidéoblogueurs de droite et d’extrême droite

Dans les dernières années, notamment sous l’influence la droite alternative américaine (alt-right), l’extrême droite s’est assez efficacement approprié les principaux moyens de communication alternatifs contemporains, dont les médias sociaux, la baladodiffusion (podcasts) et les chaînes de vidéoblog (vlog). Au Québec, l’un des plus importants vlog national-populiste est celui d’André « Stu Pitt » Pitre qui, sous le prétexte de se porter à la défense de la liberté d’expression, se fait le véhicule des principaux groupes d’extrême droite québécois et de leurs idées nocives. D’autres projets, comme DMS, sont des canaux de diffusion d’idées réactionnaires et souvent explicitement haineuses et/ou antisémites, comme dans le cas de « Goy » George Tremblay. >>>