Le samedi 12 mai avait lieu à Montréal une manifestation dans le quartier Rosemont-La Petite-Patrie pour dénoncer publiquement la présence de Gabriel Sohier Chaput, un idéologue néonazi étroitement lié au Daily Stormer, un site de propagande néonazie considéré comme l’un des plus influents au monde en ce moment. Des antifascistes de Montréal ont révélé que Sohier Chaput, dont le principal pseudonyme est « Zeiger », habitait jusqu’à tout récemment au 6308, rue Fabre. Zeiger était par ailleurs l’un des principaux animateurs de ce qu’ils appellent un « Stormer Book Club » à Montréal, un genre de club social pour jeunes hommes s’identifiant à l’Alt-Right néonazie.

Depuis plusieurs mois, des antifascistes de Montréal savaient qu’un autre sympathisant nazi, Philippe Gendron, dont il a été question à quelques reprises sur ce site, habitait lui aussi sur cette même rue. Philippe Gendron est l’un des petits chefs de la section québécoise des Soldiers of Odin, une organisation anti-immigration fondée en Finlande en 2015 par Mika Ranta, un suprémaciste blanc notoire lié au Mouvement de résistance nordique. On se souvient notamment de Gendron comme l’un des cabochons qui avaient essayé d’organiser une manifestation contre l’arrivée de réfugié.e.s haïtien.ne.s au Stade olympique en août 2017, une action qui s’est avérée un fiasco complet lorsque tous les principaux groupes d’extrême droite ont retiré leur appui à l’événement un à un par crainte d’être associés à un nazi.

Jusqu’à tous récemment, les Soldats d’Odin se défendaient encore d’être racistes ou opposés à l’immigration. Le 21 mars dernier, lors d’une pitoyable intervention au Cégep Édouard-Montpetit visant à chahuter une conférence portant sur l’extrême droite au Québec, Katy Latulippe (« présidente provinciale » et « porte-parole pour le Canada ») niait que Mika Ranta soit encore associé à l’organisation, et suggérait sarcastiquement qu’il était absurde de croire que les SoO puissent être considérés comme néonazis. Pourtant, en mai 2018, Mika Ranta pose encore publiquement avec l’emblème des SoO, et est encore très proche de l’actuel leader suprême de l’organisation, Kimmo Pekkarinen.

« Je ne saurais que dire de plus », a-t-elle bégayé lorsque les conférenciers lui ont demandé de préciser exactement quels éléments de leur allocution étaient erronés selon elle. C’est cela, oui.

Le fondateur des Soldiers of Odin, le néonazi Mika Ranta, porte toujours les couleurs de l’organisation en date du 20 mai 2018.

 

Philippe Gendron est ami avec Kimmo Pekkarinen, leader international du réseau d’extrême droite anti-immigration Soldiers of Odin. Notons le commentaire “White Pride 1488” ; 14 88 fait référence aux “14 words”, un code nazi universellement reconnu, et à “Heil Hitler”, la lettre “h” étant la huitième lettre de l’alphabet. Le motif en filigrane de la photo de profil de Gendron est un “Soleil noir”, un autre symbole nazi.

Or, toute prétention de SoO Québec à se défaire de l’image d’ordures racistes que le crew traîne depuis sa création s’est envolée en fumée le 12 mai 2018, lorsqu’une vingtaine d’individus liés aux différents groupes d’extrême droite du Québec (dont certains n’ont aucun scrupule à s’afficher eux-mêmes ouvertement comme néonazis) se sont rendus au domicile de Philippe Gendron pour le protéger « contre les antifas » qui, dans leurs esprits engourdis par la peur, s’en venaient en horde détruire sa maison! (Un délire d’ailleurs gobé tout entier par les brillants fantassins du SPVM, selon une résidente du quartier qui s’est fait dire que l’anti-émeute s’était déployée massivement dans le secteur pour empêcher la manifestation antiraciste de « détruire un appartement ».)

Quiconque a aperçu, dans les médias ou ailleurs, des photos de ladite manif a pu se rendre compte qu’elle était composée d’un peu plus d’une centaine de personnes, dont la très grande majorité de familles, de jeunes et de personnes âgées avançant à visage découvert pour s’adresser directement aux résident.e.s du quartier. Pas exactement la menace terroriste dont les fachos et la police agitent le spectre…

Manifestation antiraciste devant le domicile du propagandiste néonazi Gabriel Sohier Chaput, alias Zeiger, au 6308 rue Fabre, à Montréal, le 12 mai 2018. Photo: Document Everything

Après un bref passage devant le domicile de Sohier Chaput, la manif antiraciste a repris la rue Fabre vers le nord pour se diriger vers celui de Gendron, à peine deux blocs plus loin. À l’intersection de Fabre et Saint-Zotique, le SPVM avait déployé un dispositif de sécurité imposant, avec un fourgon stationné au milieu de la rue pour bloquer la circulation, et des pelotons d’anti-émeute de chaque côté du fourgon pour bloquer le passage sur les trottoirs.

Manifestation antiraciste au coin des rues Fabre et Saint-Zotique à Montréal, à quelques mètres du domicile de Philippe Gendron, un militant néonazi des Soldiers of Odin Québec, le 12 mai 2018. Photo: Document Everything

À moins d’une centaine de mètres, l’on pouvait apercevoir un groupe d’individus qui faisaient nerveusement le pied de grue sur le trottoir face au 6735, rue Fabre, où Gendron habite.

Groupe d’individus mobilisés devant le domicile du néonazi Philippe Gendron, au 6735 rue Fabre à Montréal, le 12 mai 2018.

 

Groupe d’individus mobilisés devant le domicile du néonazi Philippe Gendron, au 6735 rue Fabre à Montréal, le 12 mai 2018.

Dans une série de vidéos mise en ligne par Robin « le prophète » Simon, on entend celui-ci répéter à quatre ou cinq reprises que son groupe de fachos n’a rien à craindre, puisque la police les protège…

 

Après une dizaine de minutes à cette intersection, à expliquer aux résident.e.s et aux passant.e.s la raison de la manifestation, le cortège a repris son chemin pour se rendre au métro Fabre et se disperser calmement. Des affiches et des tracts informatifs sur Gabriel Sohier Chaput et Philippe Gendron ont aussi été distribués. Fin de l’événement. Sauf que…

Manifestation antiraciste à Rosemont-La Petite-patrie, le 12 mai 2018. Photo: Document Everything

Quelque notes sur le bonehead Philippe Gendron…

Revenons un instant en images sur ce personnage. Juste pour que tout le monde comprenne bien que Philippe Gendron des SoO est bel et bien un néonazi, y compris les gens qui le défendent encore. À cet égard : si vous le défendez encore après avoir constaté ces preuves de son alignement idéologique, vous n’êtes pas mieux que lui et ses petits camarades nazis.

Philippe Gendron, des Soldiers of Odin

 

Philippe Gendron des Soldiers of Odin, fait le salut nazi en compagnie de Benoit Asselin, un proche du Québec Stomper Crew.

 

Philippe Gendron, des Soldiers of Odin, portant fièrement un drapeau fait sur commande combinant la fleur de lys au Soleil noir, un symbole occulte nazi.

 

Philippe Gendron, des Soldiers of Odin, portant une boucle de ceinture à l’effigie du Totenkopf, l’emblème universellement reconnu de la Waffen-SS, les troupes de choc nazies.

 

Philippe Gendron, des Soldiers of Odin, jouant au tough dans une manifestation du Front patriotique du Québec, le 23 avril 2017.

 

Philippe Gendron, des Soldiers of Odin, en 2017. Notons l’autocollant de la Fédération des Québécois de souche.

 

Prenons tout le même le temps de féliciter Katy et Philippe pour avoir trouvé l’amour dans ce monde cruel. En espérant que votre idylle soit plus solide et dure plus longtemps que les dernières relations foireuses de Philippe. Ça serait dommage que votre groupe de boneheads implose à cause d’une amourette déçue…

Notons aussi que Gendron travaille encore aujourd’hui à la Pizzeria Villeray, sur la rue Villeray, au coin de Saint-Denis.

Sur l’attention particulière portée aux SoO par les antifascistes de Montréal…

Le 13 mai dernier, Norm SoO publiait sur la page publique des Soldiers Of Odin un billet à l’effet que son groupe de boneheads racistes était victime « d’acharnement de la part des antifas ces derniers temps ». Il est vrai que plusieurs membres des SoO semblent avoir été visés récemment par des représailles. Un article anonyme publié sur Montréal Contre-info en mars dernier laisse entendre que les véhicules de Katy Latulippe, Stéphane Blouin et Simon Arcand ont été vandalisés, ce que confirme le billet de Norm SoO. De plus, Philippe Gendron se plaint dans un article du Vice d’avoir été attaqué devant son domicile.

Ce que Norm SoO omet de préciser dans son appel aux snitches, c’est que son groupe provoque ouvertement les antifascistes depuis plusieurs mois, non seulement en patrouillant les rues du centre-ville et de La Petite-Patrie full patchés, comme nous l’avons déjà documenté, mais en arrachant des affiches, en volant des bannières ou en plantant leur drapeau sur des bastions de l’extrême gauche à Montréal, et en se vantant par la suite sur Facebook de « faire le ménage » et du fait que les antifascistes ne font rien pour les arrêter.

Il va sans dire que ce genre de comportement appelle des représailles. À moins d’être complètement abruti, on ne joue pas avec le feu sans s’attendre à se brûler les doigts un moment donné…

Sur le groupe d’individus mobilisés le 12 mai à la défense de Gendron…

Mais revenons au contingent de racistes réunis devant le 6735 rue Fabre, le 12 mai dernier. Voici en galerie le groupe d’individus qui se sont rendus chez Philippe Gendron pour protéger cette ordure nazie.

Ian Alarie (SoO)
(Note: l’acronyme NSBM sur son t-shirt fait référence au National-Socialist black metal, et spécifiquement à Misanthropic Division Vinland.)
David Leblanc (SoO)
Danny Bédard (SoO)
Burn SoO
Pascal Giroux (SoO)
Katy Latulippe (SoO)

William Dou (Storm Alliance)
Daniel Fortin (Storm Alliance)
Sylvain Lacroix (Front patriotique du Québec)
André Lavigueur
Robin « le prophète » Simon (caméraman poche avec le shake en estie)
Robert Proulx (III%)
Shawn Roy (III%)
Éric Vachon (III%)
(III%)
(SoO)
 
Mario Dallaire
 
 
 

 

Et les recoupements entre les différents groupes d’extrême droite se confirment…

Soulignons pour conclure que plusieurs des individus ci-dessus ont aussi été aperçus à la manifestation anti-immigration de Storm Alliance à la frontière, le 19 mai. Ce recoupement confirme ce que nous disons depuis plus d’un an, à savoir que les membres de ces différents groupes se connaissent et se fréquentent régulièrement, selon un continuum allant des « monon’c racistes » de La Meute jusqu’aux néofascistes d’Atalante et aux néonazis de l’alt-right comme Shawn Beauvais-MacDonald, en passant par les miliciens de pacotille des Three Percenters.

 

 

 

 

Soyons explicites : les Soldiers of Odin et les autres groupes identitaires québécois n’ont pas fini de nous trouver sur leur chemin.