Ce 27 juillet avait lieu à Trois-Rivières la deuxième édition de la Vague bleue, ce mouvement marginal animé par tout ce que le milieu national-populiste du Québec compte d’islamophobes et de xénophobes décomplexés. La première édition s’était déroulée à Montréal le 4 mai dernier, et Montréal Antifasciste a documenté au cours des derniers mois les groupes et individus qui s’était rattachés à cette mobilisation xénophobe, dont ses contingents de « sécurité », qui ne sont en fait qu’un ramassis de mononcles crinqués rêvant de battre des antifas.

Les 75 ti-counes de la Vague bleue 2 défilent dans les rues de Trois-Rivières. Crédit photo: François Giguère

Cette deuxième édition s’est avérée un échec cuisant. D’environ 300 manifestant-e-s à Montréal, la VB2 est passée à moins de 75 à Trois-Rivières. Plusieurs groupes étaient notablement absents, dont La Meute, les bozos folkloriques du Front patriotique du Québec et les miliciens de pacotille du Groupe de Sécurité Patriotique.

Le club social de sécurité entourant la soixantaine-quinzaine de manifestant-e-s était cette fois composé d’une poignée d’individus de Storm Alliance regroupés autour de Steven Dumont, et de la risible clique qui se fait appeler Les Gardiens du Québec. Fait à noter au sujet de ces derniers, le suprémaciste blanc Michel « Mickey Mike » Meunier, qui a lui-même été admis dans le groupe récemment, y a fait entrer le bonehead Joe « White Poser » Arcand dans les jours précédents la mobilisation. On voit tout de suite à quelle enseigne logent ces soi-disant gardiens du Québec…

La Vague bleue 2 s’échoue dans un parking… Crédit photo: Casse sociale

Après avoir été littéralement déroutée par la mobilisation antiraciste/antifasciste, la VB s’est retrouvée (à nouveau) au fond d’un parking, isolée et inaperçue. Lors du micro ouvert, l’inénarrable Diane Blain (celle qui a acquis une douteuse notoriété en criant des bêtises à Justin Trudeau en 2018) a prononcé un discours super raciste, lequel résume parfaitement le fond de la pensée de la plupart des participant-e-s à la VB et du mouvement national-populiste plus largement.

« (…) On a tellement d’ennemis, ici là, au Québec: le gouvernement fédéral, les journalistes fédérastes, les musulmans, les juifs, les Anglais, les sikhs (…) »
– Diane Blain

Son discours a été filmé et partagé des centaines de fois en moins de 24 heures avant que Youtube ne supprime la vidéo pour incitation à la haine! Ça ne s’invente pas.

Dernier fait à noter du côté de la VB2, la coqueluche d’une partie du milieu national-populiste, Pierre Dion, a été arrêtée avant même le départ de la marche, car il aurait envoyé un message privé au « journaliste » de TVA Yves Poirier à l’effet que : « 3 rivières le 27 je vais être là et y va avoir du sang partout »….

La police au service…

Un important dispositif policier a été déployé dans le centre de Trois-Rivières, essentiellement pour réprimer la contre-manifestation antiraciste et permettre aux 75 bozos de la Vague bleue de défiler dans la ville en portant leur discours exclusionniste. En plus de l’antiémeute sur le terrain, nous avons pu observer la présence d’un drone flottant au-dessus du Boul. des Forges ainsi que des bateaux de la SQ et de la police de Trois-Rivières sur le fleuve (crédit photo: André Querry).

La Sûreté du Québec bloque le chemin à la contre-manifestation antiraciste dès le départ. Crédit photo: Annie Ouellet

Vers 13 h 30, plusieurs pelotons de l’antiémeute de la Sûreté du Québec se sont disposés avec leurs véhicules autour de la mobilisation du collectif TRès Inclusif pour l’empêcher de bouger de son point de rassemblement. S’en est suivi un jeu du chat et de la souris, et la mobilisation antiraciste/antifasciste est parvenue à contourner l’antiémeute pour se positionner sur le Boul. des Forges, à l’emplacement même où la Vague bleue devait finir sa marche. L’antiémeute s’est alors graduellement déployée tout autour pour contenir les quelque 150 contre-manifestant-e-s (restant-e-s à ce point-là) dans cet espace, ce qui a donné lieu à des accrochages. Les carabiniers de la SQ ont fait usage de poivre de Cayenne à au moins deux reprises.

Qu’à cela ne tienne, les plans de la VB étaient déjà contrecarrés, et la SQ s’est vue forcée de redessiner le trajet de la marche pour la faire aboutir dans un stationnement plus loin vers l’est.

Nous savons que la police a carrément menti aux organisateurs et organisatrices antiracistes sur plusieurs points :

  • Elle a dit que seule la police municipale serait déployée, pas la SQ; or, la SQ y était en force et c’est clairement elle qui a géré les opérations. Cette manœuvre avait vraisemblablement pour but d’effrayer et de décourager les personnes organisatrices de la manifestation antiraciste.
  • Elle a dit que le rassemblement antiraciste ne pouvait pas avoir lieu à la Place du Flambeau, car un événement y était prévu; ce qui n’était manifestement pas le cas, car le square était vide.
  • Elle a dit que le segment piétonnier sur le Boul. des Forges ne serait pas entravé; non seulement était-il bloqué de toutes parts, mais des policiers contrôlaient l’accès au périmètre à partir de plusieurs blocs dans toutes les directions. De très nombreuses personnes disent avoir dû se soumettre à la fouille de leur sac pour pouvoir entrer dans le périmètre.

Autre fait à noter sur la collaboration des autorités avec la VB, un autobus de la ville a été nolisé pour ramener les manifestants et manifestantes à leur point de départ. Les voici à l’intérieur du bus, qui essaient de chanter en chœur un refrain pourri des années soixantes :

Une mobilisation réussie pour les antiracistes et antifascistes

La contre-manifestation antiraciste occupe la place devant le café Frida, où la Vague bleue 2 avait prévu de faire aboutir sa marche. Crédit photo: Annie Ouellet

De notre côté, plusieurs groupes et collectifs antiracistes et antifascistes de Trois-Rivières, Montréal, Québec, Ottawa, Sherbrooke et ailleurs ont répondu à l’appel du collectif TRès Inclusif, qui est parvenu à mobiliser quelque 250 personnes (au point de départ) afin de faire résonner un discours inclusif et contrecarrer les plans de la Vague bleue à Trois-Rivières.

Après quelques minutes de confusion et de difficulté à s’entendre sur un plan cohérent (une complication principalement attribuable à la police, dont le déploiement sournois a tout de suite rendu caduque le projet initial de la manif), un élan spontané des forces antifascistes a permis à la manifestation de contourner la police pour atteindre le Boul. Des forges et y occuper l’espace où devait théoriquement aboutir la Vague bleue, devant le Café Frida (lequel avait été intimidé et ciblé par des menaces de la part d’organisateurs de la Vague bleue au cours des semaines précédentes).

Après de longues minutes d’un face-à-face tendu, un détachement d’une vingtaine d’antifascistes a pu se rendre sur un promontoire en surplomb du stationnement où avait lieu le party tiédasse de la VB pour y narguer les participant-e-s.

Affiche du collectif TRès Inclusif. Crédit photo: François Giguère

Finalement, il faut souligner l’énorme travail de préparation, d’information et de mobilisation qui a été fait entre les deux éditions de la Vague bleue pour contrer son discours xénophobe et islamophobe, notamment par le collectif TRès Inclusif et par Montréal Antifasciste, mais aussi par l’ensemble du milieu antiraciste et antifasciste, autant sur le terrain, avec la distribution de centaines de tracts, de l’affichage et l’installation de banderoles aux slogans antiracistes au lieu de départ de la VB, qu’en ligne et dans les médias sociaux. Mention spéciale aux camarades qui ont effectué une salutaire campagne de sape dans les 48 heures avant l’événement, notamment en clonant les comptes des organisateurs et organisatrices de la Vague bleue pour semer le doute et la confusion dans leurs rangs. Une opération que le toujours brillant John Hex (principal promoteur de la VB) a qualifiée de « cyber-attaque » de « l’oligarchie ». Lol. Chapeau, la compagnie!

L’habituel bâclage des médias…

Les médias grand public se sont généralement peu intéressés au phénomène de la Vague bleue, en partie parce que la droite national-populiste entretient des théories complotistes à leur égard et a cette fois-ci carrément refusé de leur parler. Cela dit, les deux articles qui ont été produits pour parler de la VB2 sont particulièrement mauvais. Celui de Radio-Canada dénote un manque flagrant de recherche sur le sujet, tandis que celui du Nouvelliste fait la part belle aux vague-bleuistes, notamment avec une citation super raciste de Stéphane Gagné, le haineux narcissique de Trois-Rivières qui se fait appeler « le Général Lee de la Mauricie »:

«Je viens à la manifestation en tant que nationaliste. Je suis un blanc, je suis fier de ma patrie et j’aime ça me promener et me sentir chez moi. On n’est pas à Montréal ici. C’est pour ça qu’il faut garder notre image de ville de blancs.»
– Stéphane Gagné

Une représentante d’Amnistie Internationale de Trois-Rivières s’est par ailleurs sentie obligée de rapporter que « des membres de l’antifascisme [qui] cherchaient à faire du trouble », alors que « que la Vague bleue ne cherchait pas la confrontation ». Question à Amnistie Internationale : doit-on comprendre que des racistes et xénophobes tranquilles sont une présence plus souhaitable que des antiracistes et antifascistes turbulent-e-s? Est-ce que cette citation ridicule de Vickie Schnieders (que les racistes font allègrement spinner aujourd’hui, évidemment) représente le point de vue officiel de l’organisation? (Mise-à-jour: Amnistie international a fait paraître un communiqué le 30 juillet condamnant “les propos haineux tenus lors du rassemblement de la Vague bleue à Trois-Rivières” et précisant que Vickie Schnieders “s’exprimait à titre personnel et que ses propos ne refètent pas la position officielle d’Amnistie internationale”. Merci pour cette mise au point, c’est apprécié.)

Rappelons pour clore ce point que plus souvent qu’autrement les médias ne daignent s’intéresser à l’extrême droite que lorsque des antiracistes et antifascistes ont défriché le terrain en faisant des recherches à leur place.

Le travail ne fait que commencer

Comme nous l’avons écrit ailleurs, la situation actuelle au Québec n’a rien pour réjouir celles et ceux d’entre nous qui se préoccupent de la santé et de la qualité du vivre-ensemble. Les orientations régressives de la CAQ en matière d’immigration et le passage sous bâillon de la Loi sur la laïcité de l’État ont de quoi faire craindre le pire d’un gouvernement qui sert précisément les aspirations politiques de groupes racistes et xénophobes comme ceux qui se profilent derrière la Vague bleue. D’ailleurs, il n’est pas anodin que, pendant que la SQ faisait la job de bras pour les xénophobes dans les rues de Trois-Rivières, le premier sinistre du Québec, François Legault, faisait la promotion du livre de Mathieu Bock-Côté sur Twitter et vantait les mérites du nationalisme passéiste que promeut ce sociologue réactionnaire…

Alors que les organisateurs de la Vague bleue annoncent déjà un troisième rassemblement à Québec, le mouvement que les antiracistes sont en train de construire dans la province devra se mobiliser encore dans les prochaines semaines, les prochains mois et peut-être, malheureusement, les prochaines années.

 

Petit exercice en guise d’épilogue…

Le délirant épivardage des militants et militantes de la Vague bleue sur les médias sociaux nous a déjà habitué-e-s à leur maîtrise approximative du français, mais on ne saurait leur en tenir rigueur.

Voyons si celles et ceux qui disent représenter « le peuple » sont meilleur-e-s en maths : 75 ti-counes sur une population totale de 8 390 000 personnes, ça représente combien en pourcentage?

Réponse : 0,00001 %

Vous n’êtes pas le peuple. Vous êtes 75 ti-counes.