Des membres du collectif antifasciste PopMob et du Rosehip Medic Collective de Portland fabriquent du gel hydroalcoolique à distribuer dans la collectivité.

La pandémie qui frappe de plein fouet la planète depuis janvier 2020 a complètement changé, temporairement du moins, la donne politique tandis que le confinement et l’interdiction des rassemblements impliquent que les mouvements sociaux ne peuvent plus recourir aux tactiques traditionnelles, dont les manifestations, pour dénoncer les injustices et mettre de l’avant des alternatives. Or, loin d’être une parenthèse ou une sorte de suspension du temps, la pandémie constitue entre autres un phénomène d’accélération politique durant lequel les rapports de classe déploient toute la violence dont ils sont capables. Les minorités racisées et les quartiers populaires sont ainsi particulièrement touchés par l’hécatombe, la violence conjugale augmente au sein des familles confinées, les forces policières profitent de l’état d’urgence pour harceler et violenter leurs cibles habituelles encore plus qu’à l’accoutumée, les personnes issues de l’immigration, notamment asiatique, sont encore plus stigmatisées que d’habitude, les États multiplient les décrets forçant d’importants segments de la population à travailler pour des salaires de misère dans des conditions qui ne sont pas sécuritaires au nom de la sacro-sainte économie, etc. La pandémie exacerbe ainsi les inégalités et l’oppression. Il est donc d’autant plus nécessaire de nous organiser et de nous mobiliser.

Mais commençons par voir ce que fait l’extrême droite en temps de pandémie, pour ensuite parler de ce que font les mouvements antifascistes et antiracistes.

 

L’extrême droite et les mille et un complots

Bien que plus discrète en raison du confinement, l’extrême droite s’en donne à cœur joie sur les médias sociaux en répandant des théories complotistes toutes plus délirantes les unes que les autres et en appelant parfois au soulèvement, voire à la guerre civile, au nom de la nation. Même confinée principalement à l’univers numérique, la peste brune reste toxique.

L’extrême droite est particulièrement réceptive aux théories complotistes et contribue activement à leur diffusion. Selon un sondage mené en France du 24 au 26 mars 2020, 26 % de la population française pense que le coronavirus a été fabriqué intentionnellement dans un laboratoire (pour un bon survol des origines du virus, cliquez ici). Cette proportion, déjà importante, grimpe à 38 % au sein de l’électorat du Rassemblement national (RN, anciennement le Front national), principal parti d’extrême droite français. Seulement 32 % de son électorat pense que le virus est apparu de manière naturelle.

De même, aux États-Unis, selon un sondage du Pew Research Center mené entre le 10 et le 16 mars 2020, 29 % de la population croit que le coronavirus a été fabriqué intentionnellement (23 %) ou accidentellement (6 %) dans un laboratoire chinois. Comme en France, les segments les plus jeunes et les moins éduqués de la population sont les plus susceptibles de cultiver de telles croyances. Et comme en France, la droite la plus conservatrice y est plus sensible : 21 % des démocrates croient que le virus a été fabriqué dans un laboratoire alors que la proportion est de 37 % parmi les républicains et de 39 % parmi les républicains les plus conservateurs.

La propension de l’extrême droite à adhérer aux théories complotistes est en partie le produit d’un discours anti-intellectuel et anti-scientifique qui part du principe que des élites mondialisées agissent dans l’ombre (bien que l’extrême gauche partage parfois une telle perspective, l’influence du marxisme et des théories matérialistes en son sein implique qu’elle a plutôt tendance à insister sur les dynamiques structurelles et les rapports de pouvoir). De plus, elle cultive des métaphores biologiques pour parler de la nation et présente souvent l’immigration comme un corps étranger et pathogène; bref, presque comme un virus. Il y a donc une affinité entre le discours xénophobe de l’extrême droite et sa façon de percevoir la pandémie. Cette dernière serait nécessairement une menace extérieure, animée par des forces malintentionnées, plutôt qu’un accident naturel.

Enfin, les théories complotistes se répandent en raison des contradictions et des incohérences des gouvernements ainsi que du manque de transparence auquel ils ont recours pour dissimuler leurs priorités et leurs erreurs dans la gestion de la pandémie. Toutes ces zones grises conduisent les divers acteurs politiques à projeter leurs préjugés et leurs suspicions et à établir des ponts avec d’autres théories complotistes, comme celles concernant les vaccins (les « anti-vaxxers ») ou la technologie de communication 5G.

Dans son délire, l’extrême droite alterne entre la paranoïa (le coronavirus aurait été fabriqué à des fins machiavéliques) et la désinvolture, prétendant que le coronavirus ne serait pas aussi grave que ce qu’affirment les gouvernements et une entité « mondialiste » comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il en découle que la pandémie serait un vaste canular ou une stratégie de diversion pour imposer un agenda caché : vacciner de force toute la population (objectif qui serait promu par Bill Gates), implanter des puces électroniques au moyen de faux vaccins, imposer le socialisme, ou réaliser un coup d’État pour instaurer une dictature « mondialiste ».

 

Instrumentaliser la pandémie

Quelle que soit leur interprétation, les forces d’extrême droite instrumentalisent la pandémie pour dénoncer de nouveau l’immigration (soi-disant responsable de la propagation du virus), réclamer la fermeture des frontières et faire l’apologie de la nation (cela dit, durant la pandémie, la plupart des forces politiques n’ont fait que réitérer ce qu’elles préconisaient déjà). C’est par exemple le cas de Marine Le Pen en France et de Matteo Salvini en Italie. Au Québec, comme nous le soulignions récemment dans un article, le groupe néo-fasciste Atalante a collé des bannières portant des slogans tels que « Le Mondialisme Tue » et « Le Vaccin Sera Nationaliste ». En phase avec leur posture habituelle, certains commentateurs populistes et réactionnaires, comme le chroniqueur réactionnaire Éric Duhaime, ont suggéré que les ratés catastrophiques du gouvernement caquiste pour contenir l’épidémie sont en fait imputables aux réfugié-e-s. Duhaime a explicitement établi un lien entre la situation critique de Montréal et le point de passage irrégulier du chemin Roxham.

D’autres branches de l’extrême droite vont beaucoup plus loin. C’est notamment le cas de néonazis influencés par James Mason, l’Atomwaffen Division et d’autres protagonistes de la branche révolutionnaire dite « accélérationniste », qui voit le coronavirus comme un antidote au « Grand remplacement » et au « génocide blanc » et souhaite un effondrement de l’État afin de précipiter un processus de revitalisation ethnonationaliste. Le virus apparaît alors comme une arme biologique qui peut être utilisée contre les minorités ethniques et raciales.

Manifestation contre les mesures de confinement à l’Assemblée nationale, Québec, le 17 mai 2019.

Depuis la mi-avril 2020, l’instrumentalisation politique de la pandémie a pris une nouvelle forme avec l’irruption de manifestations anti-confinement. Bien que marginales d’un point de vue numérique, elles ont souvent réussi à s’attirer une importante couverture médiatique. À Montréal, elles ont été peu suivies et n’ont mobilisé qu’une poignée d’énergumènes. À Québec, elles ont eu davantage d’échos. Ainsi, le samedi 25 avril 2020, une centaine de personnes se sont rassemblées devant l’Assemblée nationale pour dénoncer le confinement, les vaccins et la 5G. Le 17 mai 2020, un convoi de 60 à 100 véhicules a fait le trajet de Montréal à Québec pour manifester contre les mesures de confinement. Depuis la mi-avril, il y a également eu des rassemblements dans plusieurs villes au Canada anglais. Bien que la plupart de ces rassemblements aient surtout attiré des personnes qui ne sont pas actives au sein de l’extrême droite, cette dernière prend parfois l’initiative (pour l’instant d’une manière non coordonnée). Ainsi, à Calgary et Hamilton, des personnes associées aux « Yellow Vests » ont continué à organiser des manifestations hebdomadaires en intégrant à leur discours des éléments anti-confinement et sceptiques vis-à-vis de la COVID-19, allant même dans certains cas jusqu’à filmer dans des hôpitaux pour « prouver » qu’il n’y a aucune crise sanitaire. En même temps, à Vancouver, des rassemblements anti-confinement ont attiré des néonazis qui invectivaient les passant-e-s, en appelants certain-e-s « chicoms » (une insulte anti-chinoise), traîtres et « libtards ».

Mais c’est aux États-Unis que ces manifestations ont eu le plus d’ampleur. Bénéficiant de l’appui explicite du président Trump — qui a appelé sur Twitter à « libérer » les États démocrates où des politiques de confinement strict étaient en vigueur –, des centaines, puis des milliers, de personnes se sont rassemblées et ont participé à des caravanes en voiture. Dans certains cas, elles ont manifesté devant le siège du gouvernement des États en question et ont poussé l’audace jusqu’à y entrer armées jusqu’aux dents, comme au Michigan le jeudi 30 avril 2020. Ces manifestations sont en continuité avec l’attentat raté du néonazi Timothy Wilson, qui a essayé le 24 mars 2020 de faire sauter un hôpital de Benton, au Missouri, pour dénoncer la politique de confinement du maire de la ville. Il a été abattu par le FBI avant d’y parvenir.

Ces manifestations anti-confinement, où l’on retrouve aussi bien des pancartes complotistes que des slogans anti-immigration, antisémites et anticommunistes ainsi que des drapeaux confédérés et nazis, constituent un espace de rencontre et de convergence entre la droite conservatrice et l’extrême droite. Loin d’être le produit spontané d’un ras-le-bol du confinement, elles sont financées par de riches familles et fondations républicaines, comme la famille Dorr et le Michigan Freedom Fund, proche de la ministre de l’Éducation Betsy DeVos, et appuyées activement par des organisations conservatrices comme FreedomWorks et Tea Party Patriots, qui font partie de la coalition « Save Our Country ».

L’une des organisations qui joue un rôle central dans la coordination de ces manifestations est American Revolution 2.0. Cette dernière est directement liée non seulement aux réseaux conservateurs mentionnés ci-dessus, mais aussi à des sites web d’extrême droite dont plusieurs sont explicitement racistes et font l’apologie de milices paramilitaires comme mymilitia.com.

La très grande majorité des personnes qui participent aux manifestations anti-confinement sont blanches. Ce n’est pas un hasard. En effet, le coronavirus touche tout particulièrement les minorités ethniques et raciales. Dans de nombreux États américains, les communautés afro-américaines  et latino sont fortement surreprésentées parmi les cas d’infection et de décès. Ces chiffres reflètent directement l’imbrication historique des inégalités sociales et raciales aux États-Unis. Les minorités Afro-Américaine et latino sont touchées non seulement par qu’elles sont statistiquement en moins bonne santé et moins couvertes par une assurance maladie que la population blanche, mais aussi parce qu’elles sont davantage employées dans des secteurs d’activité qui ne permettent pas de travailler de chez soi et au sein desquels on est plus susceptible d’être exposé au virus. Dans le même ordre d’idée, plusieurs siècles de politiques génocidaires ont rendu les populations autochtones particulièrement vulnérables à cette pandémie. Aux États-Unis comme au Canada, de nombreuses communautés autochtones ont un accès très limité à l’eau potable et souffrent de la surpopulation, autant de facteurs qui favorisent la propagation du virus. Ces facteurs systémiques expliquent sans doute aussi pourquoi la nation Navajo compte actuellement le plus grand nombre de cas de COVID per capita aux É.-U.

On peut alors faire l’hypothèse que les personnes blanches qui participent aux manifestations anti-confinement le font en partie parce qu’elles ne se sentent pas concernées par l’hécatombe qui frappe les minorités et refusent d’assumer le coût de la protection de ces dernières. Selon cette logique sacrificielle, la vie des minorités est superflue. Aux États-Unis, manifester contre le confinement serait-il un privilège blanc? En tout cas, ces mêmes manifestations risquent de contribuer à la propagation du virus et, ainsi, de rendre le confinement d’autant plus nécessaire.

Bien qu’elles n’en soient pas nécessairement à l’origine, les organisations d’extrême droite voient dans ces manifestations un terrain fertile d’expansion et d’influence. Elles y voient l’occasion de se refaire une vertu, de redorer leur image, de recruter de nouveaux membres et de peser sur l’après-pandémie. S’appuyant sur l’application Telegram et sur Facebook, le groupe d’extrême droite Proud Boys a ainsi commencé à recadrer les manifestations anti-confinement à partir de son opposition viscérale aux antifascistes.

Par exemple, la perturbation des caravanes anti-confinement par du personnel infirmier, à Denver, au Colorado, dont les photos ont beaucoup circulé, sont décrites comme des actions antifascistes, c’est-à-dire, du point de vue des Proud Boys, comme des actions antiaméricaines. Un article publié sur le site web des Proud Boys de Floride portait d’ailleurs le titre suivant : « Antifa Healthcare Workers Clash with Anti-Lockdown Protesters in Colorado ». Les Prouds Boys n’ont évidemment aucune information sur l’orientation politique précise de ces membres du personnel infirmier. Mais la réalité et la complexité des conflits sociopolitiques leur importent peu. Il s’agit à la fois de délégitimer leurs adversaires et de contribuer à normaliser les catégories dichotomiques du discours de l’extrême droite.

Les Proud Boys sont également proches des réseaux « accélérationnistes » qui ont développé le discours sur une seconde guerre civile à venir aux États-Unis, événement qu’ils nomment le « boogaloo », en référence au film « Breakin’ 2: Electric Boogaloo » de 1984, et qu’ils associent au port de chemises hawaïennes… Il est évidemment tentant de tourner tout ça au ridicule. Disons qu’il y a là matière à beaucoup de memes! Mais il n’empêche que le Tech Transparency Project, une organisation sans but lucratif de surveillance des entreprises technologiques, a recensé 125 groupes Facebook dédiés au « boogaloo ». Plus de 60 % de ces groupes ont été créés dans les trois derniers mois, soit au début des polémiques sur la pandémie et le confinement, et comptent des dizaines de milliers de membres qui discutent allègrement d’armement, d’explosifs, de tactiques militaires et de guerre civile.

Pour l’instant, la stratégie de l’extrême droite ne semble pas porter fruit. La grande majorité des partis d’extrême droite européens stagne, voire décline, dans les sondages, tandis que les divers groupuscules plus radicaux restent marginaux. Au début mai, la grande majorité des opinions publiques demeurait favorable au confinement et continuait à donner priorité à la santé publique plutôt qu’à l’économie. Cependant, il ne faut pas sous-estimer la capacité de l’extrême droite à rebondir rapidement une fois que la pandémie sera contrôlée et que le débat public se concentrera sur le coût de sa gestion. L’augmentation massive du chômage et les années d’austérité constitueront à cet égard un terrain fertile. De plus, la forte croissance des groupes Facebook et Telegram associés à l’extrême droite témoigne de la force d’attraction de son discours. Celle-ci ne va pas disparaître avec la pandémie. On pourrait même envisager qu’une pandémie en annonce une autre, nationaliste et autoritaire. Ce n’est pas pour rien qu’on parle souvent de « peste brune » pour caractériser la montée du fascisme dans les années 1930…

Il importe de souligner que si les manifestations anti-confinement dénotent un racisme latent, l’indifférence à l’égard des groupes sociaux marginalisés s’est aussi cristallisée dans les taux de décès effarants, largement évitables, dans les établissements de soins de longue durée. Ces décès font par ailleurs échos aux discussions soutenues dans certains cercles sur le refus de fournir des ventilateurs aux personnes handicapées en cas de pénurie. On pouvait par exemple lire dans un reportage de la CBC du 19 avril :

« Les lignes directrices de l’Ontario recommandent également le retrait du soutien des ventilateurs aux personnes présentant un risque de mortalité plus élevé, afin de donner la priorité aux personnes présentant un risque plus faible, en fonction du niveau de pénurie. Par exemple, dans le cas du scénario de pénurie le plus grave, un patient de 60 ans atteint d’une maladie de Parkinson modérée se verrait refuser l’accès à un respirateur ou se le verrait retiré à la faveur d’un patient n’ayant pas cette condition. »

Il n’est pas surprenant, au vu de cet argument utilitariste à la limite de l’eugénisme, que les personnes handicapées craignent qu’on leur refuse des mesures vitales si les soins qu’elles reçoivent menaçaient le rétablissement d’une personne non handicapée. On pourrait en dire long sur ce que cela signifie pour une société qui se montre prête à sacrifier ses aîné-e-s et ses membres les plus vulnérables au premier signe de crise. On pourrait par exemple en conclure qu’au fur et à mesure que le néolibéralisme a modifié non seulement nos systèmes économiques et sociaux, mais aussi notre façon même de comprendre la valeur de la vie, une estimation de la vie humaine fondée sur la capacité de production s’est graduellement emparée du « sens commun »…

 

Pour un antiracisme et un antifascisme sanitaires

Les développements présentés ci-dessus indiquent l’importance de continuer à surveiller l’extrême droite. Cela requiert d’identifier les acteurs impliqués, retracer les liens existants entre eux et documenter leurs activités, pour éventuellement pouvoir agir quand la situation l’exige. Cela dit, l’urgence du contexte de pandémie amène le mouvement antifasciste et antiraciste à faire preuve de solidarité et à soutenir et contribuer à divers projets d’entraide. Alors que les réseaux et groupes d’extrême droite envisagent d’utiliser le virus pour nuire aux minorités ou accumulent des stocks d’aliments et de premiers soins dans une logique survivaliste, les réseaux et collectifs d’extrême gauche et antifascistes mettent sur pied des systèmes de production et de distribution de masques et de gel hydroalcoolique tout en participant à des services de banque alimentaire. Une telle divergence de priorités et de pratiques est un rappel supplémentaire pour les personnes atteintes de cécité aiguë qui répètent à longueur d’année que les extrêmes se rejoignent, que l’extrême droite et l’extrême gauche sont les deux faces d’une même médaille, et autres absurdités du genre.

L’entraide a une longue histoire, aussi vieille que celle de la « sélection naturelle » racontée par Charles Darwin. Dans son ouvrage classique L’entraide : un facteur de l’évolution, d’abord publié sous forme d’articles à la fin du 19e siècle, l’anarchiste russe Pierre Kropotkine s’est employé à démontrer l’importance centrale de l’entraide et du mutualisme pour la survie et la prospérité, non seulement de l’espèce humaine, mais d’un nombre important d’espèces animales. Il écrit :

« La tendance à l’entraide chez l’homme a une origine si lointaine et elle est si profondément mêlée à toute l’évolution de la race humaine qu’elle a été conservée par l’humanité jusqu’à l’époque actuelle, à travers toutes les vicissitudes de l’histoire. Elle se développa surtout durant les périodes de paix et de prospérité : mais, même lorsque les plus grandes calamités accablèrent les hommes — lorsque des régions entières furent dévastées par des guerres, et que des populations nombreuses furent décimées par la misère, ou gémirent sous le joug de la tyrannie — la même tendance continua d’exister dans les villages et parmi les classes les plus pauvres des villes; elle continua à unir les hommes entre eux et, à la longue, elle réagit même sur les minorités dominatrices, combatives et dévastatrices, qui l’avaient rejetée comme une sottise sentimentale. »

L’époque actuelle ne fait pas exception à cette règle, et autant cette nouvelle calamité nous confronte de nouveau à des épreuves que l’espèce humaine a déjà dû maintes fois traverser au cours de son histoire, autant elle nous ramène aux principes qui ont de tout temps animé les solutions apportées à ces défis récurrents : la solidarité, la coopération et l’entraide. Devant l’incompétence ou l’inaptitude des États, et contre la cruauté des solutions proposées par les dominants, c’est plus souvent qu’autrement à l’échelle des communautés, des voisinages et des réseaux autonomes d’entraide que s’articulent les remèdes les plus appropriés aux maux qui affligent les plus vulnérables d’entre nous en temps de crise. Comme le résume le titre d’un livre de la féministe Rebecca Solnit, qui s’inspire de Kropotkine, dans l’enfer des catastrophes et des tragédies sociales émergent des communautés extraordinaires (A Paradise Built in Hell: The Extraordinary Communities that Arise in Disaster, Penguin, 2009; voir aussi l’article qu’elle a publié dans The Guardian à ce sujet).

Des membres du collectif antifasciste PopMob de Portland fabriquent du gel hydroalcoolique à distribuer dans la collectivité.

Concrètement, parmi les nombreuses initiatives, soulignons le travail du collectif antifasciste PopMob, à Portland, en Oregon, qui s’est associé au Rosehip Medic Collective pour produire du gel hydroalcoolique qu’il distribue aux personnes qui travaillent en première ligne, à toute une série de groupes communautaires et dans les quartiers populaires. Leur ligne de production, constituée d’une équipe d’une dizaine de personnes qui travaillent 4 à 6 heures par jour, est installée dans le Q Space, un espace de la communauté LGBTQ2SIA+, et fonctionne 6 jours par semaine. Toute la production est financée par des dons versés au Rosehip Medic Collective et à travers GoFundMe. Comme l’explique Effie Baum, une porte-parole de PopMob :

« Une part importante de l’antifascisme consiste à défendre et soutenir sa communauté. Notre travail est une façon de fournir de l’équipement à des communautés qui n’y ont pas accès. (…) Il y a beaucoup de pouvoir dans le pouvoir populaire, dans le renforcement communautaire [community building] ».

Cette logique suppose de redéfinir ce qu’on entend par militantisme antifasciste et d’aller au-delà des clichés virilistes qui insistent sur les affrontements physiques avec les militants d’extrême droite. Cela suppose d’élargir notre perspective pour inclure réellement le fait de prendre soin d’autrui, le travail de « care », dans la démarche antifasciste. L’antifascisme radical en est un de combat, mais aussi de care et de solidarité.

Suivant cette même logique d’extension du domaine de la lutte, un autre exemple intéressant en Europe est celui des Brigades de Solidarité Populaire, qui dénoncent autant le néo-libéralisme que les gouvernements et distribuent des masques, du gel hydroalcoolique et des repas aux précaires et aux personnes en première ligne. De la même façon que le mouvement antifasciste parle d’autodéfense populaire pour contrer l’extrême droite, ces brigades inscrivent leur démarche dans la continuité des luttes précédentes et parlent d’autodéfense sanitaire pour contrer la pandémie. D’abord formées à Milan, en Italie, elles ont rapidement essaimé dans de nombreuses villes d’Europe. En France, elles ont été créées par des militantes et militants de l’Action antifasciste Paris-banlieue et de collectifs de sans-papiers comme les Gilets Noirs et compteraient au début mai 2020 environ 750 membres en Île-de-France, où elles sont organisées par quartier. Comme l’explique un des appels invitant à en créer en France :

« Nous ne pouvons nous contenter d’attendre passivement ni le jour d’après, ni de nouvelles interventions institutionnelles, nous ne pouvons nous en remettre à ceux qui sont les premiers responsables de la situation dramatique que nous avons devant les yeux, nous ne pouvons faire confiance à ceux qui, depuis de trop nombreuses années, ont géré les hôpitaux comme des entreprises qu’il s’agit de rentabiliser afin de maximiser les profits. Non, ce dont l’État est capable, c’est tout au plus de gérer le désastre. Il nous faut, dans cette situation comme dans d’autres, apprendre à compter sur nos propres forces.

(…) en tant que militants révolutionnaires issus du cycle de mouvements des dernières années – du printemps de lutte contre la Loi Travail à l’insurrection des Gilets Jaunes – nous savions que ce désastre était prévisible. Des soignants se mobilisent depuis de longs mois pour dénoncer le manque de lits et de moyens. Des ouvriers décèdent chaque année au travail par manque de protections. Des personnes âgées meurent dans des conditions d’isolement et d’indignité absolue. Tout ce qui apparaît aujourd’hui dans une lumière aveuglante existait déjà, hier, dans l’obscurité médiatique : c’est la vie de celles et ceux que la bourgeoisie et les médias dominants maintiennent dans l’inexistence. L’inexistence d’une organisation sociale définie par l’intérêt privé, le profit et la concurrence, et au sein de laquelle une partie de plus en plus grande de la population, celle sans qui la vie elle-même ne peut être maintenue, compte pour rien. (…)

Si des mesures de grande échelle sont à n’en pas douter nécessaires, et même vitales, il nous faut de toute urgence approfondir un niveau d’organisation populaire autonome en capacité de donner corps au mot d’ordre d’autodéfense sanitaire. C’est-à-dire : entamer un travail de solidarité immédiate, pour et avec les populations les plus touchées par la crise, qui sont aussi celles dont l’État se désintéresse structurellement. Ce faisant, il s’agit aussi de sortir la question du soin de l’espace privé au sein duquel elle est confinée depuis des siècles et déterminée par une hiérarchie genrée et racialisée, pour en faire le prisme central à travers lequel repenser notre organisation collective, notre reproduction sociale.

Notre tâche dans cette séquence n’est pas de remplacer les associations humanitaires, mais d’orienter dans un même sens des pratiques dispersées, déjà existantes et qui se démultiplient depuis l’annonce du confinement. Bref de leur donner une trajectoire politique et antagonique. Une trajectoire qui assume la rupture avec l’ordre capitaliste existant comme perspective stratégique et l’auto-organisation populaire sur une base territoriale comme élément de genèse d’un contre-pouvoir effectif. (…) La solidarité dont nous parlons n’est pas un vain principe supposé transcender les antagonismes, mais ce qui doit au contraire nous permettre de renforcer notre capacité offensive. (…)

L’autodéfense sanitaire est un moyen de reconsidérer que la défense de nos communautés ne peut s’assurer que par la mise en place, par le bas, de dispositifs d’entraide, d’une attention particulière aux personnes en situation de grande précarité, à celles et ceux qui subissent l’isolement et la répression.

Cette autodéfense sanitaire ne doit donc pas constituer une perspective de lutte réduite au seul temps de l’urgence épidémique, et doit encore moins se penser comme une lutte sectorielle. (…) Notre autodéfense “sanitaire” est donc bien une autodéfense populaire, en ce qu’elle constitue l’opportunité de repenser notre rapport aux modalités de reproduction sociale dans leur ensemble, soit à l’organisation qui nous permet, jour après jour, de produire et reproduire nos vies, et de nous interroger sur les formes de vies que nous voulons produire ensemble.

Nos résistances sont vitales! »

Dans de nombreuses villes, les antifascistes ont été au cœur de beaucoup de ces projets, aidant à construire des alliances avec d’autres groupes autonomes ou issus de l’extrême gauche. Par exemple, à Lyon, le Groupe antifasciste Lyon et environ (GALE) s’est allié à des collectifs anti-gentrification comme « La Guillotière n’est pas à vendre » et « l’Espace communal de la Guillotière ». Des fils Telegram ont été rapidement mis sur pied, puis un numéro d’appel ainsi qu’une conversation Discord pour coordonner la récupération et la distribution alimentaire. Ou encore, en Suisse, l’Action Antifasciste Genève et les Jeunes Révolutionnaires Genève ont créé la Brigade de Solidarité Populaire genevoise « Yvan Leyvraz » en mémoire du brigadiste internationaliste suisse assassiné au Nicaragua en 1986.

Des membres du réseau Cooperation Jackson, au Mississippi, fabriquent des masques à distribuer dans la communauté.

Au-delà des groupes antifascistes, les forces de gauche actives dans les communautés racisées ont pris l’initiative de combler le vide créé par l’ineptie et la négligence caractéristiques des politiques fédérales sous le régime Trump. Au Mississippi, Cooperation Jackson, un réseau coopératif de groupes implantés dans la capitale de l’État et ancrés dans le mouvement New Afrikan, travaille depuis plusieurs années à la mise en place d’une base économique autonome pour s’affranchir des gouvernements racistes de l’État et du fédéral. Dès le mois d’avril 2020, Cooperation Jackson produisait des masques cousus à la main et de l’équipement de protection personnel imprimé en 3D pour une distribution à l’échelle des communautés. D’autres organisations communistes et nationalistes au sein des communautés noires et latinos aux États-Unis ont aussi fourni de l’équipement de protection personnel gratuit et organisé des distributions alimentaires à l’intention des membres les plus vulnérables de ces communautés.

Des membres du collectif Hoodstock de Montréal-Nord, assemblent des kits sanitaires à distribuer dans le quartier.

À Montréal, bien que plusieurs militantes et militants antifascistes soient directement investi.e.s dans divers réseaux d’entraide à titre individuel, l’une des principales initiatives autonomes a été développée par Hoodstock, un collectif antiraciste du quartier populaire de Montréal-Nord, particulièrement touché par la pandémie. Visant principalement la distribution de matériel sanitaire et de produits alimentaires pour la population défavorisée de Montréal-Nord, la campagne de Hoodstock s’inscrit explicitement dans les luttes plus larges pour l’égalité et la justice sociale. Comme l’explique l’appel à dons de la campagne :

« Une crise sanitaire comme celle que nous connaissons jette un éclairage plus saisissant sur les inégalités systémiques vécues par la population nord-montréalaise. Notre arrondissement se caractérise par des problèmes sociaux qui auraient dû alerter les autorités bien plus tôt : ressources insuffisantes en santé et services sociaux, déserts alimentaires, organismes communautaires sous-financés, absence d’alternatives aux transports en commun, manque d’accès à internet, insalubrité des logements, etc. En outre, Montréal-Nord est marqué par une densité de population exceptionnellement forte qui favorise la circulation du virus. C’est pourquoi Hoodstock passe à l’action. »

Photo de Solidarité sans frontière/Solidarity across border/Solidaridad sin frontera.Toujours à Montréal, nos camarades de Solidarité sans frontières, qui ne cessent de dénoncer les centres de détention des migrant.e.s, ont organisé une caravane le 19 avril 2020 pour demander la libération immédiate de tous et toutes les détenu.e.s et un statut pour tous et toutes les migrant.e.s. L’emprisonnement des migrant.e.s est toujours inacceptable, mais il l’est d’autant plus dans le contexte de pandémie de la COVID-19. Dans la même veine, Solidarité sans frontières a lancé une campagne de financement pour soutenir les sans-papiers durant la pandémie et les aider à pouvoir effectivement respecter le confinement :

« Notre système discrimine les migrant-e-s sur la base de leur statut d’immigration, mais le virus ne discrimine pas. Si l’on veut que les mesures de distanciation physique et d’isolement volontaire soient efficaces, elles doivent être accessibles à tout le monde. Cette discrimination est indéfendable et cruelle, puisqu’elle fait porter un fardeau indu aux membres les plus vulnérables de notre communauté, pour le bénéfice de la santé et au bien-être de nous tout-te-s. Demander à une personne sans statut de choisir entre ne plus pouvoir subvenir à ses besoins de base et continuer à travailler est injuste, inadmissible. Et ultimement, ce système met tout le monde à risque. La santé des travailleur-euse-s précaires et sans papiers, c’est la santé de tout le monde — nos vies sont interconnectées. »

Une telle campagne nous rappelle que le respect du confinement et la prévention de la pandémie requièrent des conditions sociales particulières. En d’autres termes, elle nous rappelle que la question sanitaire est indissociable de la question sociale.

Au-delà des particularités locales, les priorités sont partout plus ou moins les mêmes : récupérer et distribuer des produits d’hygiène et de soin, des masques et des gants, des denrées alimentaires non périssables, des livres et des jouets, des ordinateurs, etc. Il s’agit non seulement de riposter à la pandémie par l’auto-organisation et l’entraide, mais aussi de politiser cette riposte pour éviter qu’elle soit instrumentalisée par les gouvernements et pour qu’elle puisse servir de base aux luttes qui suivront lorsque le confinement prendra fin et que la pandémie s’atténuera. Il s’agit également d’occuper le terrain et d’isoler les forces d’extrême droite pour rendre plus difficile toute tentative de remobilisation de leur part après le confinement.

Cette dimension politique peut parfois impliquer que certaines initiatives d’entraide soient confrontées à la répression policière. Ainsi, le 1er mai 2020, des membres de la Brigade de Solidarité Populaire de Montreuil, à l’est de Paris, ont été encerclés et nassés par la police durant une distribution de paniers alimentaires; la presque totalité des personnes présentes a été verbalisée sous prétexte de « manifestation revendicative ». Notons d’ailleurs qu’Amnesty International a dénoncé les pratiques illégales de la police française durant le confinement, en particulier un recours illégal à la force, un usage de techniques d’intervention dangereuses, des propos racistes et une surreprésentation des contrôles selon les quartiers (les quartiers populaires étant évidemment davantage contrôlés que les quartiers bourgeois).

 

Quelques pistes pour l’après-pandémie

Étant donné l’incertitude qui caractérise la pandémie, il est impossible d’anticiper clairement ce qui adviendra par la suite. Mais nous pouvons néanmoins proposer quelques pistes. Tout d’abord, les montants stratosphériques qui ont été dépensés pour sauver les grandes entreprises et, dans une moindre mesure, soutenir les populations ayant perdu leur emploi dans le contexte de confinement généralisé ainsi que la profonde crise économique qui commence permettent d’anticiper un violent retour de bâton dans les mois et années à venir. Tous les arcs-en-ciel du monde ne suffiront pas à protéger les populations déjà vulnérables et précarisées de la violence des politiques d’austérité. C’est pourquoi les initiatives et réseaux d’entraide qui sont apparus dans les dernières semaines sont essentiels et seront appelés à jouer un rôle central dans l’après-pandémie. Comme l’évoque l’appel des Brigades de Solidarité Populaire cité plus haut, l’autodéfense sanitaire doit aller au-delà de l’urgence épidémique et des enjeux sectoriels pour remettre en question la reproduction sociale et le capitalisme. Demain plus que jamais, notre antifascisme se devra d’être anticapitaliste!

La pandémie a également démontré on ne peut plus clairement à quel point nos sociétés dépendent du travail féminin, racisé et migrant pour subsister. Alors que l’extrême droite se gargarise de fantasmes virilistes et conçoit les femmes comme des êtres faibles qui ne sauraient exister sans un homme pour les protéger, ce sont précisément ces femmes qui sont dans les tranchées de la pandémie, qui portent à bout de bras notre système de santé et qui en assument le coût. De plus, contrairement à ce qu’on observe dans la plupart des pays du monde, au Québec la COVID-19 frappe plus les femmes que les hommes : selon l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), début mai 2020 elles représentaient 60 % des infections et 54 % des décès. Il ne faut surtout pas que l’après-pandémie se traduise par une nouvelle invisibilisation de leur apport et une dévalorisation de leur travail. Lutter pour cette reconnaissance est non seulement indispensable et juste, mais aussi nécessaire si nous prétendons éviter que la droite conservatrice et l’extrême droite ne réduisent l’émancipation des femmes à la laïcité en faisant fi des conditions sociales et matérielles de l’égalité et des droits.

De même, alors que les nationalistes de tout poil ne cessent de parler de fermeture des frontières, les personnes issues de l’immigration sont en première ligne, dans les hôpitaux, les centres pour personnes âgées, les supermarchés, pour que d’autres puissent respecter le confinement. Pourtant, nous n’avons pas entendu les gouvernants souligner les bienfaits de l’immigration et des sans-papiers dans leurs points de presse quotidiens et, jusqu’à preuve du contraire, rien n’empêche que ces « anges gardiens » sans statut soient déporté-e-s une fois la pandémie contrôlée. À ce chapitre d’ailleurs, une motion déposée en chambre par la députée indépendante Catherine Fournier invitant l’Assemblée nationale à reconnaître « la contribution des centaines de demandeurs d’asile, majoritairement d’origine haïtienne, œuvrant présentement comme préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD du Québec » et à demander au gouvernement canadien de « régulariser rapidement leur statut d’immigration » a été soutenue par tous les partis sauf la CAQ, majoritaire. Questionné plus tard à ce sujet en conférence de presse, François Legault a grossièrement esquivé l’enjeu en invitant les journalistes et la population à ne pas « mélanger les dossiers des réfugiés, des gens qui passent par Roxham et le dossier de la communauté haïtienne ». Ces questions sont pourtant intimement liées. [Mis à jour : Suite à un tollé important, le 25 mai, Legault a annoncé que son gouvernement sera prêt à « analyser » les dossiers pour éventuellement les recevoir « non pas comme réfugiés, mais comme immigrants ».]

Il nous incombe, dès maintenant, mais aussi et surtout après la pandémie, de constamment souligner l’apport et la nécessité de l’immigration. Face aux gouvernements et aux forces nationalistes qui instrumentalisent l’immigration à des fins économiques et électorales, nous devons au contraire œuvrer à l’élargissement d’un front antiraciste et antifasciste large pour revendiquer la liberté de circulation des personnes indépendamment des besoins du marché et une régularisation massive des personnes en situation irrégulière ou sans statut.

Il faut aussi envisager que les États continuent à concentrer les pouvoirs au-delà des mesures d’exception et à mettre en place divers mécanismes de surveillance des populations au nom du contrôle de la pandémie. Bien que l’identification et le traçage des personnes infectées puissent jouer un rôle important dans la prévention des épidémies, il n’en demeure pas moins que nous doutons fortement de la propension des États et des multinationales à utiliser ces données et informations avec sagesse ou de façon désintéressée et anticipons qu’elles seront utilisées à des fins de contrôle des populations au-delà des enjeux sanitaires. C’est pourquoi la lutte pour la préservation d’espaces non surveillés et autonomes sera vitale.

Enfin, comme il est probable que le spectre du coronavirus revienne régulièrement nous hanter et que certaines mesures de distanciation physique restent en place plusieurs mois, voire plusieurs années, nous devrons inventer de nouvelles façons de nous organiser, d’agir collectivement, et de perturber les routines et l’ordre social des dominants.