Une manifestation anti-immigration au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, organisée par l’entourage du Groupe Sécurité Patriote (GSP), le 19 octobre 2019.

En 2019, l’extrême droite québécoise a été bien plus calme qu’en 2018 et 2017, année de la création de Montréal Antifasciste. On peut relever plusieurs facteurs ayant contribué à cette situation :

  • L’arrivée au pouvoir de la CAQ en octobre 2018 a démobilisé un certain nombre de membres des groupes organisés, qui ont désormais un gouvernement partiellement sympathique aux revendications identitaires (ce qui ne signifie pas pour autant que les idées et courants d’extrême droite ont magiquement disparu, évidemment);
  • Des conflits internes majeurs, qui couvaient depuis un certain temps, ont éclaté au cours de l’année, notamment au sein de La Meute, mais aussi entre différents groupuscules, comme les Gardiens du Québec (LGDQ) et le Groupe Sécurité Patriote (GSP), et ont perturbé l’équilibre des groupes les plus importants et les plus structurés;
  • Profitant de cet affaiblissement des principaux groupes, un certain nombre de figures marginales et de « leaders négatifs » (Pierre Dion des « Gilets jaunes » du Québec, Luc Desjardins et Michel Meunier des LGDQ, par exemple, ou d’autres personnages rebutants comme Diane Blain) ont pris une place plus importante, contribuant à décrédibiliser et démobiliser de plus en plus l’extrême droite national-populiste;
  • Le travail soutenu des antifascistes pour identifier et dénoncer les éléments les plus radicaux, voire carrément fascistes ou néonazis, au sein de l’extrême droite québécoise a sans doute refroidi une partie de la base de groupes comme Atalante ou des groupuscules Alt-Right. Le mouvement antiraciste et antifasciste a également soutenu la mobilisation contre le courant national-populiste en 2019, dont le principal véhicule a été la soi-disant Vague bleue.

L’activité globalement ralentie de l’extrême droite québécoise ne signale en rien une victoire pour les forces antifascistes. Au contraire, avec un gouvernement populiste majoritaire à l’Assemblée nationale, lequel s’est empressé dans la première année de son mandat de promulguer la raciste Loi 21 sur la laïcité de l’État et d’adopter sous bâillon d’autres mesures anti-immigration, il est légitime de croire que plusieurs forces de la droite dure se sont simplement détendues sous l’impression d’avoir atteint l’un de leurs principaux objectifs. Cela dit, le calme relatif a été l’occasion pour nous de creuser un peu et d’effectuer un travail d’analyse plus fin, ce qui nous a amené-e-s à cerner deux tendances dominantes au sein de cette extrême droite. (Lire à ce sujet l’article Entre national-populisme et néofascisme : État des lieux de l’extrême droite au Québec en 2019.)

Nous prenons aujourd’hui le temps de dresser un portait des groupes qui ont été actifs en 2019 et de résumer les faits saillants des activités de l’extrême droite au Québec jusqu’au début de la pandémie de COVID-19, en mars 2020, qui constituera probablement un tournant pour l’extrême droite (et certainement pas seulement pour elle).

///

 

Les nationaux-populistes

Les « Gilets jaunes » du Québec (GJQ) et Pierre Dion

Le noyau dur des soi-disant “Gilets jaunes” du Québec, mobilisé à Montréal à l’occasion du défilé de la Fierté, le 18 août 2019, afin d’apostropher Justin Trudeau.

Les GJQ sont une poignée de militant-e-s identitaires n’appartenant à aucun groupe structuré et qui ont comme dénominateur commun une approche « post-factuelle » et complotiste (du genre à soutenir que la technologie5G est un outil du Nouvel Ordre Mondial pour dominer les peuples, par exemple…) et souffrent d’une désolante pauvreté intellectuelle (Fred Pitt, Iwane « Akim » Blanchet, Michel « Piratriote » Ethier, etc.). Ils et elles se fédèrent en plusieurs petits groupes à différents endroits du Québec, et sont tout au plus deux douzaines dans le grand Montréal. Les GJQ se sont rencontré-e-s sur Facebook en décembre 2018 en s’intéressant au mouvement des Gilets jaunes français. Leur compréhension du mouvement est toutefois faussée et celui-ci est considéré à tort comme une révolte contre l’élite « mondialiste ». Réuni-e-s virtuellement en décembre 2018, c’est dans les premiers mois de 2019 que les GJQ ont commencé à se réunir tous les samedis devant les locaux du réseau TVA à Montréal, dans le but de dénoncer le mauvais traitement de l’information par cette chaîne. (Loin de nous bien sûr l’idée de défendre le réseau TVA ou les autres organes du groupe Québecor, que nous considérons comme l’un des principaux vecteurs du repli identitaire et xénophobe observé au Québec depuis la prétendue crise des accommodements raisonnables, en 2007, et conséquemment de la montée du national-populisme dans les récentes années. L’esprit obscurci par différentes théories du complot, ou peut-être en raison d’une médiocrité intellectuelle de base, les soi-disant Gilets jaunes du Québec ne semblent pas se rendre compte que TVA et le Journal de Montréal sont leurs alliés objectifs dans la consolidation d’un mouvement identitaire de droite au Québec. C’est d’ailleurs encore devant les studios de TVA à Montréal que la première « Vague bleue » a eu lieu le 4 mai 2019.)

Luc Desjardins et Pierre Dion, des “Gilets jaunes” du Québec.

Quelques Gilets jaunes parmi les plus stridents (Michel Meunier et Luc Desjardins) se joindront plus tard au groupuscule Les Gardiens du Québec (LGDQ, voir ci-dessous) et seront parmi les militant-e-s les plus dévoué-e-s de la « Vague bleue ».

L’hurluberlu hors catégorie Pierre Dion, qui est apparu sur notre radar en 2018 en tentant d’organiser une manifestation anti-immigration à Laval, et qui a acquis en 2019 la réputation de « troll » grâce à un reportage de Télé-Québec, a été l’une des figures de proue des Gilets jaunes. (Lire à ce sujet le bilan d’action rédigé suite à la veille de solidarité avec les victimes du massacre de Christchurch, le 16 mars 2019.)

Le 18 août, espérant apostropher Justin Trudeau au passage, Pierre Dion et une poignée de cabochon-e-s lié-e-s aux Gilets jaunes du Québec se sont rendu-e-s harceler des participant-e-s du défilé de la Fierté à Montréal.

 

Les Gardiens du Québec (LGDQ)

(De gauche à droite, avec les t-shirts blancs) : Jean-Marc Lacombe, Stéfane Gauthier, Carl Dumont et Luc Desjardins, des “Gardiens du Québec”. Au centre (en bleu), Jonathan Héroux, alias John Hex.

LGDQ sont un petit groupe d’une quinzaine de militant-e-s, organisé-e-s dans la région de Bécancour/Trois-Rivières autour du couple formé par Martine Tourigny et Stéfane Gauthier. La plupart des membres semblent appartenir à leur famille élargie. L’hypothèse la plus plausible voudrait que ces membres proviennent en partie de « La Horde », une éphémère scission de La Meute. LGDQ disposent d’une équipe médic et d’une équipe de sécurité judicieusement baptisée SOT (pour « Sécurité opérationnelle sur le terrain »; ce sont dans les faits la même poignée d’énergumènes qui se mobilisent derrière Stéfane Gauthier en mode justicier du dimanche pour « protéger » les rassemblements nationaux-populistes.)

En se ralliant quelques militant-e-s à Montréal (notamment dans les rangs des soi-disant Gilets jaunes du Québec) et en s’associant au militant John Hex (Jonathan Héroux, proche de Storm Alliance), LGDQ est devenu le principal véhicule pour l’organisation de la « Vague bleue » à Montréal (en mai) et à Trois-Rivières (en juillet).

Au courant de l’année, LGDQ ont dégénéré sous l’influence toxique du raciste Michel « Mickey Mike » Meunier, lequel a notamment recruté dans le groupe Joey McPhee (alias Joe Arcand, un poseur néonazi) et a probablement initié avec Luc Desjardins le lamentable rassemblement sous la croix du Mont-Royal en novembre 2019. Pour autant que nous avons pu voir, cette « manifestation » ne comptait en tout et pour tout que quatre participant-e-s, tout-e-s des LGDQ, soit Michel Meunier, Luc Desjardins, Nathalie Vézina et Joey McPhee. Le « groupe » était apparemment ulcéré par une (fausse) rumeur voulant que l’Université McGill ait eu l’intention d’acheter la croix du Mont-Royal pour la démanteler! Voulant sans doute tirer le meilleur parti de l’occasion, ces « gardiens du Québec » se sont fendu-e-s d’un salut hitlérien avant de redescendre le Mont Royal.

(De gauche à droite) Michel Meunier, Luc Desjardins, Nathalie Vézina et Joey McPhee, des “Gardiens du Québec”, donnent le salut nazi sur le Mont Royal, le 3 novembre 2019.

Le 22 novembre, quelques semaines après leur « coup d’éclat » du Mont-Royal, LGDQ s’excitent à nouveau. Ce jour-là se tient une manifestation au départ du square Victoria contre « l’ensemble des politiques identitaires portées par Simon Jolin-Barrette et la CAQ », et plus particulièrement contre la réforme du PEQ (Programme de l’expérience québécoise, qui permet aux étudiant-e-s étranger-ère-s d’accéder plus rapidement à la sélection québécoise afin d’être admissible à la résidence permanente canadienne). Cette manifestation est organisée par des associations étudiantes de l’UQAM et par le Syndicat des étudiants et étudiantes employé-e-s. Environ 150 personnes s’y rassemblent. Venu-e-s pour soutenir le gouvernement, huit militant-e-s des LGDQ et/ou proche des Gilets jaunes du Québec se réunissent à quelques mètres du rassemblement et se mettent à crier « vous vous soumettrez » ou encore « au Québec, c’est la laïcité » aux étudiant-e-s réuni-e-s. Se rapprochant du rassemblement, LGDQ sont confronté-e-s par quelques antifascistes présent-e-s sur place et s’ensuit un peu de brasse-camarade avant que la police n’intervienne pour séparer les deux groupes. Le reste de la manifestation se déroulera sans incident, sous haute surveillance policière.

Tout au long de l’année, un conflit larvé s’est graduellement envenimé entre LGDQ et le Groupe Sécurité Patriote (GSP, dont nous reparlerons plus loin) jusqu’à ce que les deux groupes en viennent aux mains lors de la manifestation du 26 octobre à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Michel “Mickey Mike” Meunier

Il convient de s’attarder un peu sur le cas de Michel « Mickey Mike » Meunier. Celui-ci s’est démarqué en 2019 comme l’un des militant-e-s d’extrême droite les plus actif-ve-s à Montréal, et certainement parmi les plus disjoncté-e-s de toute la ménagerie. Au cours de l’année, et notamment dans la période précédant la première « Vague bleue », Meunier a pris l’habitude de sillonner les rues du Centre-Sud et de Hochelaga, à Montréal, pour arracher ou recouvrir tout signe de la présence de la gauche dans ces quartiers et pour y laisser des collants, affiches et graffitis à teneur raciste et identitaire. Il a aussi publié plusieurs vidéos passablement surréalistes où il manifeste une obsession malsaine pour les antifascistes, dont l’une où il se met en scène en train d’uriner sur un autocollant antifasciste dans une toilette du Comité social Centre-Sud. Au mois de décembre, Meunier a été arrêté (mais semble-t-il pas accusé) suite à une enquête sur des menaces en ligne faites au PM Justin Trudeau. Depuis l’arrestation de Meunier, les « gardiens » se sont fait-e-s très discret-e-s et se manifestent principalement en ligne. Meunier est quant à lui revenu à la surface récemment sur Facebook en portant un ressentiment évident à l’égard de Storm Alliance, qu’il accuse de l’avoir trahi… Il a aussi repris son habitude de coller des collants identitaires dans le quartier Centre-Sud de Montréal.

Un échantillon des collants que pose Michel “Mickey Mike” Meunier dans Centre-Sud et Hochelaga, à Montréal.

 

La « Vague bleue »

(De gauche à droite) Guillaume Bélanger, Stéfane Gauthier, Michel Meunier, Jonathan Héroux et Luc Desjardins ont été parmi les principaux promoteurs de la “Vague bleue”.

La prétendue Vague bleue a été la principale mobilisation des groupes nationaux-populistes en 2019, ou du moins de ceux se trouvant en-dehors de l’orbite de La Meute, laquelle perdait déjà de plus en plus sa force gravitationnelle. Le mouvement de la « Vague bleue » se voulait initialement une espèce de véhicule populaire portant un projet de « constitution citoyenne » pour le Québec, mais a vite pris un tournant islamophobe en réorientant son message principal autour d’un soutien forcené au projet de loi 21 sur « la laïcité de l’État ».

Si la première itération a connu un succès relatif (entre 300 et 400 personnes à Montréal, le 4 mai) malgré une agressive contre-mobilisation antiraciste, la deuxième manifestation (à Trois-Rivières, le 27 juillet) s’est avérée un échec cuisant, n’arrivant pas à mobiliser plus de 80 personnes. C’est à cette occasion que Diane Blain a prononcé un tristement célèbre discours dégoulinant de racisme, qui a eu un certain écho médiatique et probablement nui aux futurs rebonds de la « Vague bleue ». (Diane Blain avait déjà fait les manchettes en tant que membre de La Meute lorsqu’elle avait apostrophé Justin Trudeau lors d’un événement de relations publiques à Sabrevois, pas très loin de Lacolle, le 16 août 2018. Comme plusieurs, elle a depuis quitté La Meute, mais demeure active et bien visible dans le courant national-populiste de l’extrême droite québécoise.)

La “Vague Bleue” 2, à Trois-Rivières, le 27 juillet 2019.

Montréal Antifasciste a produit de nombreux articles et communiqués sur la « Vague bleue » et ses militant-e-s :

 

Storm Alliance (SA)

L’année 2019 a confirmé l’absence de leadership au sein de ce groupe qui a grandi trop vite et n’a jamais trouvé de direction claire après le départ de son fondateur, Dave Tregget. Suite à l’implosion de La Meute, SA a reçu de nombreux transfuges, qui ont suivi l’exemple de Steeve « L’Artiss » Charland et d’autres figures clés du (jadis) plus gros groupe identitaire au Québec.

SA est de moins en moins pertinent, et à part sa contribution de fier-à-bras à la « Vague bleue », le groupe n’a rien fait de bien marquant. On peut toutefois mentionner une manifestation « pour les enfants » à Québec en septembre, sous l’impulsion du complotiste et plaideur quérulent Mario Roy, qui mène une croisade contre la DPJ depuis des années. (Roy, lui-même un membre influent de SA, avait fait les manchettes plus tôt en 2019 lorsque le quart de l’argent recueilli en dons pour soutenir la famille d’une fillette tuée à Granby lui a été remis pour financer sa croisade personnelle!) SA a bien essayé de se relancer durant le temps des fêtes avec un projet de paniers d’épicerie pour des familles dans le besoin, énième tentative de réinventer la roue et de faire dans le social pour redorer leur image. À leur décharge, les « stormeurs » ne ragent pas contre les réfugié-e-s à la frontière quand ils et elles sont occupé-e-s à remplir des paniers au IGA ou à manifester « pour les enfants ». L’activité de leur groupe Facebook, principal outil de mobilisation, semble être au point mort.

 

La Meute

Le contingent de “sécurité” de La Meute, lors de la “Vague bleue”, à Montréal, le 4 mai 2019.

Inutile désormais de présenter La Meute, le groupe national-populiste de loin le plus structuré et le plus important numériquement… jusqu’à son effondrement brutal en juin 2019. L’année 2018 s’était pourtant plutôt bien passée, avec la sortie médiatique de leur manifeste et la tenue de plusieurs actions très visibles dans le cadre de la campagne électorale provinciale. Le groupe s’était d’ailleurs attribué la victoire de la CAQ et le départ du libéral Philippe Couillard, et promettait d’être très visible dans l’actualité de 2019. Le tandem Sylvain « Maikan » Brouillette, comme porte-parole et idéologue, et Steve « L’Artiss » Charland, comme figure fédératrice à l’interne, semblait très bien fonctionner, mais les dissensions internes se sont avérées plus redoutables que l’esprit de corps au sein du groupe. Dans un geste dramatique qui ne manquait pas de panache, Charland a quitté l’organisation et brûlé ses couleurs de La Meute le 24 juin 2019, en compagnie de plusieurs chefs de clan et membres du conseil. (Il serait fastidieux d’inclure ici le détail de ces conflits, mais les intéressé-e-s en trouveront une synthèse en note[i].) Aujourd’hui, le clan Charland semble avoir raccroché les gants ou être passé à Storm Alliance, tandis que Sylvain Brouillette semble bien seul à la tête d’une organisation désormais virtuelle, mais toujours tenue d’une main de fer par « la Garde », les fameuses « pattes rouges » qui lui sont restées fidèles.

Concrètement, La Meute n’a pas fait partie de l’actualité en 2019 et rien n’indique qu’un retour de l’organisation soit probable en 2020.

 

Groupe Sécurité Patriote (GSP)

Le Groupe Sécurité Patriote pose avec des membres des III % du Québec.

Le GSP était initialement le groupe (d’in) sécurité du Front patriotique du Québec (FPQ) avant de prendre peu à peu son indépendance, bien que les deux organisations soient encore proches et collaborent à l’occasion. Le GSP a également intégré une partie de la section montréalaise des III %. C’est un petit groupe d’une quinzaine de personnes, assez structuré et dirigé par Robert « Bob le Warrior » Proulx, qui s’est fait connaître pour sa fâcheuse propension à s’afficher avec le drapeau autochtone des Warriors dans des manifestations identitaires ainsi que ses affinités avec les boneheads des Soldiers of Odin.

Le boss de GSP, Robert Proulx, comme cul et chemise avec le néonazi Kevin Goudreau, à Saint-Bernard-de-Lacolle, le 24 août 2019 .

Pour le GSP, ce fut globalement une année d’échec marquée par une pitoyable manifestation pro-Loi 21 à Montréal, le 8 juin (avec une vingtaine de participant-e-s, essentiellement les membres actif-ve-s de GSP), le fiasco de la manifestation annuelle du FPQ, le 1er juillet, et leur exclusion de la « Vague bleue » en raison d’une attitude jugée trop paramilitaire le 4 mai, à Montréal. À la fin de l’été 2019, le GSP se met en tête de manifester régulièrement au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle pour protester contre l’immigration irrégulière et demander la fermeture du chemin Roxham. Le groupe organise finalement deux rassemblements. Le premier (le 24 août) avait initialement été proposé par Lucie Poulin du Parti Patriote, et réunit une cinquantaine de personnes, dont plusieurs en provenance de l’Ontario, y compris le néonazi de triste réputation Kevin Goudreau. Le second rassemblement (le 19 octobre) réunit près de 120 personnes et parvient à remobiliser une partie des composantes de l’extrême droite québécoise, très divisée depuis l’échec de la « Vague bleue » et l’éclatement de La Meute.

Cette manifestation aurait pu être considérée comme une réussite et faire craindre aux forces antiracistes une mobilisation susceptible de prendre de l’ampleur… mais elle portait plutôt en elle les germes de la discorde. En effet, les nombreuses tensions entre le GSP et LGDQ, qui avaient été en partie maintenues sous le couvercle jusque-là, ont éclaté au grand jour lors de cette manifestation et dans la foulée.

 

Le Parti populaire du Canada et les élections fédérales

Le 21 octobre 2019, Justin Trudeau a été réélu Premier ministre du Canada à la tête d’un gouvernement libéral minoritaire. Les élections de 2019 auront notamment permis de confronter les prétentions de Maxime Bernier à la réalité, lui qui avait longtemps été député conservateur en Beauce avant de quitter le bercail pour créer le Parti populaire du Canada en 2018, dans l’espoir de dépasser les conservateurs sur leur droite.

Dès le départ, le PPC a adopté une position anti-immigration et négationniste vis-à-vis des changements climatiques, et lorsque ses rassemblements ont été pris pour cible par la gauche radicale, Bernier ne s’est pas fait prier pour traiter explicitement les « antifas » de terroristes. Le PPC a obtenu le soutien de nationaux-ales-populistes de partout au Canada, bien qu’au Québec ce soutien ait été mitigé par une certaine opposition à son nationalisme canadien. (Le minuscule et incompétent Parti Patriote, dirigé par Donald Proulx, a d’ailleurs cherché sans succès à consolider cette opposition nationaliste.) Bernier lui-même a également été critiqué à plusieurs reprises pour avoir accueilli à bras ouverts le soutien de différents éléments d’extrême droite et accepté de poser avec, notamment, des membres du Northern Front et des Soldiers of Odin.

En dépit des ambitions de son chef, le PPC a échoué lamentablement, ne réussissant pas à faire élire un-e seul-e candidat-e ou à recueillir ne serait-ce que 2 % du vote populaire. Cet échec est sans doute en partie dû au sentiment, largement répandu à droite, que le PPC n’avait aucune chance de déloger les libéraux, ce qui semblait être la grande priorité. Ainsi, plusieurs nationaux et nationales-populistes ambivalent-e-s au Québec ont voté pour le Parti conservateur ou le Bloc Québécois. (Il est à noter que si la direction du BQ a déclaré qu’elle ne tolérerait pas la présence de militant-e-s d’extrême droite dans ses rangs, les médias ont découvert plusieurs candidat-e-s qui avaient affiché à plusieurs reprises des messages racistes et d’extrême droite sur les médias sociaux).

 

Les néofascistes

 La Fédération des Québécois de Souche

Un collant représentant le pianiste André Mathieu, vraisemblablement produit dans l’entourage de la Fédération des Québécois de souche et affichés notamment par des militant-e-s d’Atalante à Québec et Montréal à l’été 2019.

La FQS n’est pas un groupe de terrain (elle laisse ce rôle à son organisation sœur, Atalante) et joue plutôt un rôle de fédération et de diffusion idéologique avec sa page Facebook très consultée et son journal périodique Le Harfang. Au cours de l’année, elle diffuse de nouveaux autocollants, qui sont surtout trouvés à Québec, mène quelques actions d’affichage et organise un happening de soutien au mouvement naissant des Gilets jaunes, à Québec. En avril, la FQS voit son « mémoire » sur le projet de loi 9 sur l’immigration déposé en commission par la députée caquiste de Châteauguay, MarieChantal Chassé. Le mémoire est retiré du site de l’Assemblée nationale dès le lendemain, lorsque le caractère raciste de la FQS est relevé par Québec Solidaire.

 

 

Atalante

Quelques dizaines de fans assistent au concert de Légitime Violence et du groupe NSBM français Baise Ma Hache au Bar le Duck, à Québec, le 8 juin 2019, après que le réseau antifasciste soit parvenu à faire annuler la tenue du concert au Centre Durocher.

Atalante poursuit ses activités régulières (randonnées, affichage, distribution de sandwichs et camps de formation) principalement à Québec et à Montréal, ou sa tentative d’implantation n’a pourtant pas semblé fonctionner. En dépit de ces activités, on a pu remarquer une stagnation de ses effectifs et des tentatives de recrutement au Saguenay, où l’organisation ne compte probablement qu’une poignée de membres satellitaires. On peut noter deux évènements marquants pour Atalante cette année : la venue du band NSBM français « Baise Ma Hache » en juin 2019 (partiellement déroutée par le milieu antifasciste), et le procès du leader Raphaël Lévesque[ii].

Les antifascistes ne les ont pas laissé-e-s tranquilles :

 

 

 

 La mouvance Alt-Right

Julien Côté Lussier accompagné de Shawn Beauvais-MacDonald, à Verdun, le 19 octobre 2019.

Le noyau organisé de l’Alt-Right à Montréal a explosé en 2018, et la plupart des figures centrales ont fui le Québec ou se sont tapies dans l’ombre. L’actualité de l’année a été la candidature de Julien Côté aux élections fédérales et l’appel en renfort de son camarade néonazi Shawn Beauvais-MacDonald, aussi militant d’Atalante. Nous avons par ailleurs appris que ce dernier a quitté son emploi au groupe Securitas et fait un bref passage au Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité, ce qui lui a d’ailleurs valu la visite de militant-e-s antifascistes! En dehors de cela, les activités de l’Alt-Right à Montréal ont suivi la même courbe qu’ailleurs en Amérique du Nord et ont été pratiquement inexistantes à l’extérieur du monde virtuel au Québec, mis à part le harcèlement des propriétaires d’un café de Val David, que l’on peut vraisemblablement imputer à des trolls  Alt-Right qui résident dans la région.

Sinon, la fuite des salons de discussion du forum Iron March en novembre a permis d’identifier quelques Québécois, dont au moins un était aussi actif dans le salon discussion du groupe Alt-Right Montréal sur Discord.

 

2020 jusqu’à maintenant…

Dans les premiers mois de 2020, l’actualité politique au Canada a été marquée par une importante vague de résistance autochtone déferlant sur l’ensemble du pays. Ce sursaut historique pourtant inéluctable a clairement pris l’extrême droite québécoise par surprise[iii].

Dans le Canada anglais, les nationaux et nationales-populistes et les néofascistes se sont ligué-e-s dans leur opposition féroce aux revendications des peuples autochtones pour la défense de leur souveraineté. À Edmonton, le 19 février, des éléments d’extrême droite associés au groupe United We Roll ont démantelé une barricade de solidarité, déclenchant du même coup des appels à les imiter partout au pays. De nombreuses menaces d’attentats à la bombe ont été formulées contre des militant -e-s autochtones, et les communautés autochtones de partout au Canada ont été la cible d’innombrables commentaires et injures racistes, tant en ligne que dans la rue. L’extrême droite canadienne-anglaise s’est montrée pratiquement unanime dans son hostilité aux blocus de solidarité, s’appuyant à la fois sur le racisme qui caractérise ces groupes et sur un puissant courant niant les changements climatiques, lequel est ancré dans des théories complotistes voulant que les élites « mondialistes » financent secrètement les troubles et les conflits mondiaux, les mouvements écologistes, etc.

Au Québec, la réaction observée initialement a suivi un schéma fort différent. Bien que de nombreux-ses nationaux et nationales-populistes québécois-e-s adhèrent au racisme, au déni du réchauffement climatique et aux délires complotistes de leurs cousin-e-s des autres provinces, la réaction aux blocages a été généralement confuse. Dans les premiers jours de la vague de résistance, l’un des principaux arguments relayés au sein de leurs réseaux était l’injustice supposée d’un « deux poids, deux mesures ». Ils et elles estimaient que si des blocages du même genre que ceux menés par les Autochtones et leurs sympathisant-e-s étaient réalisés, les gens seraient certainement arrêté-e-s et réprimé-e-s, tandis que les blocages de solidarité avec les Autochtones étaient tolérés. En même temps, on a vu des cas isolés d’activistes d’extrême droite déclarant leur solidarité avec la lutte des Wet’suwet’en. Cette réaction différenciée est sans aucun doute le résultat des différentes façons dont les nationaux-ales-populistes se positionnent par rapport à l’État-nation canadien à l’intérieur et à l’extérieur du Québec.

Néanmoins, après la première semaine d’actions de solidarité, notamment dans le contexte d’un important blocus à Kahnawake et d’une barricade de solidarité à Saint-Lambert, les nationaux et nationales-populistes québécois-e-s ont redécouvert leur antipathie historique pour la nation mohawk. Ce revirement a mis abruptement fin à la pantomime hypocrite qui se jouait depuis plusieurs années au Québec, où des leaders d’extrême droite comme de nombreux-ses simples militant-e-s s’étaient positionné-e-s comme des allié-e-s naturel-le-s des Autochtones contre l’État canadien. Ce n’était soudainement plus le cas, et les commentaires et menaces racistes anti-autochtones ont commencé à se multiplier dans la fachosphère québécoise. Rien de tout cela ne s’est pour autant traduit en actions tangibles, car certain-e-s acteur-trice-s clés ne savaient pas comment se positionner. De plus, l’extrême droite était mal préparée à intervenir sur le plan organisationnel.

À la mi-mars 2020, alors que d’un item d’actualité lointaine, la COVID-19 devenait rapidement une pandémie d’envergure mondiale exigeant un confinement généralisé de la population, l’extrême droite québécoise s’est montrée tout aussi inopérante. Tandis que les forces de gauche organisaient des groupes d’entraide dans les collectivités et menaient des « manifestations de voitures » en solidarité avec les migrant-e-s aux prises avec des conditions létales dans les centres de détention, l’extrême droite québécoise était confinée aux médias sociaux, où sa principale occupation consistait à propager diverses théories du complot sur le virus, dont l’idée parfaitement irrationnelle voulant que celui-ci soit propagé par la technologie sans fil 5G…

 

Un avenir incertain…

L’agitation d’extrême droite, qui a commencé à prendre de l’ampleur en 2016, semble s’être finalement aplatie en 2019. Depuis, nous avons simplement constaté une série de tentatives largement infructueuses ou éphémères de se regrouper et d’aller de l’avant. Cette faiblesse de nos adversaires s’est manifestée dans leur incapacité à répondre efficacement, jusqu’à présent, à l’un ou l’autre des deux principaux enjeux sociopolitiques de 2020. Cela dit, leur base n’est pas prête de disparaître et l’état d’esprit complotiste et raciste dont on observe aujourd’hui les diverses manifestations pourrait annoncer une expansion de l’extrême droite dans les mois à venir.

Comme nous l’avons déjà indiqué ci-dessus, il ne faut pas considérer le désarroi actuel des forces d’extrême droite comme une victoire de notre part. Aujourd’hui, deux des principales revendications portées par l’extrême droite depuis plusieurs années au Québec ont été satisfaites : la Loi 21 interdit aux personnes portant des « vêtements religieux » d’occuper divers emplois dans le secteur public (cette loi vise en tout premier lieu les femmes musulmanes portant le hijab) et, dans le contexte de la pandémie, le passage frontalier irrégulier du chemin Roxham a été fermé aux demandeur-euse-s d’asile. Il va sans dire que la gauche radicale, au sein du milieu antiraciste/antifasciste, mais aussi bien au-delà, a encore beaucoup de pain sur la planche.

La situation nouvelle créée par la pandémie est remplie de dangers et d’incertitudes. Dans les mois à venir, de nouvelles possibilités politiques vont se présenter et les propositions politiques ancrées dans la peur et la désignation de boucs émissaires auront probablement le vent en poupe. Nous vous encourageons à lire nos Réflexions préliminaires sur la situation actuelle (en date du 30 mars).

La vigilance, comme la solidarité, sera certainement toujours de mise.

 

 

 


[i]               Pour la postérité, et pour ceux et celles qui cultivent une fascination morbide pour ce genre de choses, voici grosso modo comment ça s’est passé.

Un conflit a éclaté au sein de La Meute en mai 2019, lorsqu’il est devenu clair que le porte-parole (et chef de facto) Sylvain Brouillette s’était montré incapable de remplir la paperasse pour La Meute Inc. pour l’exercice financier 2017-2018. Des membres de l’exécutif se sont inquiété-e-s de l’image que cela projetterait s’il-le-s n’étaient pas en mesure de répondre aux questions des membres des clans (comme sont appelées les sections régionales de La Meute), et que cela retarderait encore l’enregistrement de La Meute comme organisation à but non lucratif. Tandis que Brouillette se défendait en évoquant des problèmes d’ordre personnel (un divorce conflictuel et des difficultés professionnelles) et se plaignait de n’avoir jamais voulu être responsable de la comptabilité, d’autres membres de l’exécutif l’accusaient de monopoliser le pouvoir, de contrôler l’information et de diriger La Meute comme si c’était sa propre entreprise privée.

Au fur et à mesure que les tensions s’aggravaient, tou-te-s les membres de l’exécutif (à l’exception de Brouillette) ont démissionné. Brouillette a démis Stéphane Roch de ses fonctions comme administrateur de la page Facebook publique de La Meute, et en guise de représailles, Brouillette s’est à son tour vu retirer les privilèges d’administration de la page secrète de l’organisation. Le 19 juin 2019, tout semblait indiquer que Brouillette avait été évincé de l’organisation et que ses critiques (regroupé-e-s autour de Steeve « L’Artiss » Charland) avaient pris les rênes, mais en quelques jours seulement, Brouillette a réussi à reprendre le contrôle de la page Facebook secrète, et Charland et ses fidèles étaient sur la voie de sortie.

L’une des premières actions de Brouillette de retour aux commandes a été de publier les chiffres de l’exercice financier2017-2018. Bien que ce rapport ne soit pas assez détaillé pour satisfaire aux exigences de Revenu Canada, il révèle une organisation fonctionnant avec un budget dérisoire, avec à peine 10 000 $ en reçus. La moitié de ce budget est inscrite comme un « don des Chinois », une probable référence à la Chinese Canadian Alliance, un groupe « astroturf » qui a organisé une grande manifestation sur la Colline Parlementaire à Ottawa le 18 février 2018, à laquelle ont participé La Meute et Storm Alliance, entre autres. (À l’époque, Brouillette avait déclaré : « La Meute s’est créé une solide alliance avec la communauté chinoise et nous croyons que cela ouvrira la porte à des alliances avec d’autres communautés dans un futur proche »… pourvu qu’elles paient, pourrions-nous ajouter!)

Pour ponctuer spectaculairement ce conflit, un grand nombre d’ancien-ne-s membres se sont fait un point d’honneur de célébrer la Saint-Jean-Baptiste en brûlant et en détruisant leurs vêtements et accessoires aux couleurs de La Meute (casquettes, vestes de cuir, drapeaux, etc.), déclarant du même coup que La Meute était « morte ». Les clans ont toutefois semblé accepter le retour de Brouillette.

Quoi qu’il en soit, au moment d’écrire ces lignes (avril 2020), le groupe est resté essentiellement inactif depuis que les événements décrits ci-dessus sont survenus.

 

[ii]               Lévesque « est accusé d’introduction par effraction, de méfaits et de harcèlement criminel à l’égard du journaliste Simon Coutu et d’autres employés de VICE Québec. L’homme de 36 ans est également accusé d’avoir intimidé Simon Coutu pour le forcer à s’abstenir de “couvrir les activités du groupe Atalante Québec”. Ce dernier avait publié plusieurs reportages sur l’extrême droite dans les semaines précédentes. »
https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201912/09/01-5253022-intimidation-a-vice-le-leader-dun-groupe-dextreme-droite-en-cour.php

 

[iii]              Comme l’explique Solidarité sans frontières : « En décembre 2019, un juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique a accordé une injonction contre les défenseurs du territoire basés au campement Unist’ot’en, lesquels tiennent depuis plusieurs années un blocus pour empêcher la construction du projet de gazoduc Coastal Gas Link (de l’entreprise Trans Canada) devant traverser le territoire non cédé de la nation wet’suwet’en. Un deuxième campement de blocage a été dressé par un autre clan des Wet’suwet’en, les Gidimt’en, qui manifestent une opposition solidaire au gazoduc au sein de leurs structures de gouvernance traditionnelle, et au mépris d’une décision judiciaire qui refuse de reconnaître leur souveraineté et leur titre. (…) La GRC a imposé un black-out médiatique au moment même où elle entreprend une invasion à grande échelle du territoire des Wet’suwet’en pour démanteler les blocus. Les défenseurs du territoire ont lancé un appel urgent à la solidarité et au soutien, face à ce qu’ils considèrent comme “un acte de guerre” et “une violation des droits de la personne, un siège, et une extension du génocide auquel les Wet’suwet’en ont survécu depuis le contact”.