L’actualité récente au Québec a été ponctuée par une série d’arrestations relatives à diverses menaces formulées à l’endroit du docteur Horacio Arruda, le directeur de la Santé publique du Québec et, de ce fait, le principal porte-parole des politiques québécoises en matière de santé publique dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Ces arrestations ont mis en relief la participation d’une partie de l’extrême droite dans les mobilisations[1] contre le port obligatoire du masque, les consignes de distanciation physique et les autres mesures mises en place pour minimiser les risques de contagion dans l’espace public. Dans un billet daté du 31 juillet 2020, le blogueur antiraciste Xavier Camus faisait état d’une publication par un adepte du mouvement complotiste QAnon, Fabrice Descurninges, où celui-ci révélait l’adresse personnelle d’Horacio Arruda. Dans son billet, à renfort de captures d’écran, Camus soulignait également l’intervention remarquée d’un certain Sylvain Marcoux, qu’il décrit dans son billet comme un « complotiste violent ».

Marck Lelou est l’un des nombreux pseudonymes de Sylvain Marcoux sur Facebook.

Une semaine plus tard, le 7 août 2020, la plupart des grands médias (dont Radio-Canada, La Presse et le Journal de Montréal) rapportaient l’arrestation de Sylvain Marcoux « pour avoir présumément harcelé le docteur Horacio Arruda et sa famille sur les médias sociaux ». Étonnamment, aucun de ces articles ne mentionne l’allégeance politique de Marcoux, fermement ancrée dans l’extrême droite la plus dure, notamment dans l’entourage de la Fédération des Québécois de souche (FQS), allégeance qu’une simple recherche Google permet pourtant de déterminer sans l’ombre d’un doute. Ce polémiste nationaliste, fétichiste du nazisme et candidat indépendant aux dernières élections provinciales avait d’ailleurs déjà joui d’un traitement complaisant de la part des quelques médias qui s’étaient intéressés à sa candidature marginale en 2018…

Bien que le sinistre Sylvain Marcoux ne soit d’aucune manière une figure majeure de l’extrême droite québécoise, nous croyons que l’occasion est toute désignée pour retracer son itinéraire politique au cours de la dernière décennie.

Avertissement : cet article contient des captures d’écran au contenu explicitement raciste et antisémite.

///

 

Les premières interventions en ligne de Sylvain Marcoux s’inscrivaient déjà dans les milieux nationalistes et droitistes de la « ligne dure ». En l’espace de quelques mois en 2011, Marcoux a publié 13 textes sur Vigile.Quebec, un site offrant une tribune libre aux auteurs nationalistes et indépendantistes de différentes tendances, mais qui dans les dernières années a pris une nette tangente d’extrême droite. Les sujets de prédilection de Marcoux à cette époque reflétaient les thèmes récurrents du nationalisme identitaire frustré, comme la répudiation du Parti Québécois pour son manque de combativité dans la quête indépendantiste et la dénonciation rageuse du multiculturalisme comme menace existentielle à l’identité québécoise.

Sans doute encouragé par ses premiers pas comme polémiste, Marcoux a écrit en 2012 un opuscule intitulé Pour un ralliement national canadien-français. Publié (curieusement) par les Éditions Guérin, qui le présentent comme un « manifeste », ce texte est une sorte d’invitation à un projet nationaliste ethnique pour le Canada français. À part que l’auteur y déplore et rejette l’emploi relativement récent du vocable « Québécois » pour désigner les descendant-e-s des colons français au Canada, l’essai n’a rien de vraiment intéressant. Malgré une note affirmant que les Juifs constituent un groupe particulièrement xénophobe et un commentaire rejetant l’aspiration des peuples autochtones à la souveraineté (tout en revendiquant une présence européenne en Amérique du Nord remontant à plus de 1 000 ans), le genre de racisme implicite dans cet appel à un nationalisme fondé sur le caractère ethnique particulier des Canadiens français n’a (malheureusement) rien de bien extraordinaire au Québec. En fait, en 2012, Marcoux prétendait encore que son nationalisme, s’il était « culturel et ethnique », n’avait rien de racial : quelle que soit la couleur de sa peau ou ses origines personnelles, devait-on comprendre de sa proposition, toute personne s’identifiant au Canada français et désireuse de s’y « assimiler[2] » peut être Canadien français :

« Pour le Ralliement national, le “nationalisme” n’est donc pas fondé sur la “race” (morphologie, couleur de la peau…), mais bien sur la culture, c’est-à-dire l’ensemble des modes de vie et des convictions que partage la population vivant au sein d’un même territoire. »

Il allait faire paraître quelques articles de plus sur Vigile.Quebec en 2013, mais sans plus.

Il est assez clair que Marcoux fricotait déjà avec l’extrême droite québécoise dans ces années-là. Après tout, cette prétention à être « pas raciste », mais simplement préoccupé par la « culture », correspond en tous points à la posture adoptée par les principaux courants d’extrême droite partout en Occident. La culture y est implicitement comprise comme homogène et statique, voire immuable, plutôt qu’hétérogène et changeante. Il découle de cette définition de la culture un rejet de toute critique ou remise en question par des personnes autochtones ou issues de l’immigration, lesquelles sont perçues comme intrinsèquement suspectes, car elle représente de par leurs origines une menace pour la culture dominante. D’où l’éructation classique des nationalistes québécois voulant que l’immigration et le multiculturalisme constituent un « cheval de Troie » visant à miner de l’intérieur la culture canadienne-française. Le fait est que les formes de racisme « biologique » et « culturelle » ont bien plus de points en commun que de différences : il s’agit au final de visions essentialistes des identités qui servent à justifier la discrimination, l’exclusion et la répression[3].

En 2012, un groupuscule identitaire autrement inconnu, le Comité citoyen pour l’intérêt du Québec (CCIQ), a organisé pour Marcoux une conférence publique lui donnant l’occasion de présenter son livre. La Fédération des Québécois de souche (FQS), qui sert en quelque sorte de centre névralgique pour les fascistes et suprémacistes (ou « nationalistes ») blancs de différentes tendances au Québec, a par la suite fait une critique dithyrambique de son allocution, tout en déplorant au passage le caractère « culturel » plutôt que « racial » de son nationalisme. Une critique que Marcoux allait manifestement prendre à cœur pour la suite des choses.

Dans ces années-là, la FQS collaborait étroitement avec la Bannière noire et la Légion nationale, deux autres groupuscules fascistes aujourd’hui disparus. Les trois groupes ont notamment coorganisé quelques manifestations, dont une « Marche contre la dénationalisation » à Montréal en 2011, et une autre à Trois-Rivières en 2012. Marcoux a participé à ces rassemblements et a même été interviewé par quelques médias d’information à Trois-Rivières. Tout en insistant sur le fait qu’il n’était pas membre de la Légion nationale, il continuait à mettre de l’avant la ligne anti-immigration raciste/culturelle décrite ci-dessus, se plaignant que la majorité historique soit en train de perdre son statut dominant, mais en se défendant bien d’être raciste, car « la culture », précisait-il, « c’est entre les deux oreilles que ça se passe ». Marcoux a aussi donné une entrevue à la FQS le 23 mars 2013 à l’occasion d’une « action militante » à l’Hôtel de Ville de Montréal.

Marcoux a passé une bonne partie de la dernière décennie (2013-2017) comme conseiller municipal de Saint-Majorique-de-Grantham, près de Drummondville, tout en travaillant comme soudeur-assembleur. À cet égard, il convient de mentionner que le Mouvement Tradition Québec (MTQ), un groupuscule catholique traditionaliste d’extrême droite ayant des liens très étroits avec la FQS, a organisé et fait la promotion d’une série de services religieux officiés par l’Abbé Damien Duterte et Monseigneur Donald Sanborn, tous deux du courant théologique « sédévacantiste » se situant à la droite des lefebvristes traditionalistes (beaucoup mieux connus) de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX)[4]. En 2019, trois événements du MTQ ont eu lieu dans la salle municipale de Saint-Majorique située au 1966 boulevard Saint-Joseph, vraisemblablement avec la permission du conseil municipal auquel Sylvain Marcoux a siégé pendant plusieurs années. Il s’avère que Marcoux réside (ou résidait) lui-même tout juste en face du bâtiment municipal en question. Rassurez-vous, nous n’invitons personne à aller « cogner dans ses vitres ». Sa maison est d’ailleurs à vendre, s’il y en a que ça intéresse…

Une photo du bureau de Sylvain Marcoux à son domicile de Saint-Majorique-de-Grantham, trouvée sur la page d’un courtier immobilier. Notez le “soleil noir”, un symbole nazi, affiché au mur.

 

De nationaliste « culturel » à néonazi pur et dur

Au moment où il a attiré notre attention, il y a quelques années, Marcoux était déjà devenu un ardent néonazi, multipliant sur les médias sociaux les messages niant l’Holocauste, affirmant qu’Adolf Hitler « est l’âme la plus belle qui se soit incarnée sur cette terre » et relayant des théories du complot voulant que les Juifs aspirent au génocide des « populations blanches ». En fait, Sylvain Marcoux est sans contredit l’un des plus vils et des plus virulents racistes de toute la fachosphère québécoise.

En mars 2017, deux mois après qu’Alexandre Bissonnette eut assassiné six hommes et blessé 19 autres personnes au Centre culturel islamique de Québec, Marcoux est apparu dans le fil de commentaire de la chaîne Nomos.tv d’Horizon Québec Actuel pour avancer l’hypothèse qu’il n’y a eu aucun mort et que toute l’affaire a été mise en scène et n’était en fait qu’un « gros show-off libéral anti-québécois » :

Sylvain Marcoux met en doute l’authenticité de l’attentat contre la grande mosquée de Québec du 29 janvier 2017.

 

Sylvain Marcoux badine avec Robert Proulx et La Meute dans un garage sous-terrain de Québec, le 20 août 2017.

Il a aussi, au cours des dernières années, régulièrement participé aux mobilisations d’organisations xénophobes nationales-populistes comme La Meute et Storm Alliance.  Il a par exemple été aperçu le 20 août 2017 avec La Meute à Québec dans un certain garage sous-terrain. Il était aussi présent à Saint-Bernard-de-Lacolle le 19 mai 2018, où les vidéographes amateurs de La Meute l’ont interviewé, donnant lieu à cet échange pour le moins stupéfiant représentatif de son mode de pensée :

 

Meute.tv : (…) L’oligarchie… (…)

Marcoux : C’est les Juifs… Le vrai mot c’est les Juifs. Vous parliez tout à l’heure de tabous, il y a aucun tabou. C’est le messianisme juif… Le Juif, il veut dissoudre les nations blanches. J’ai pas peur de le dire. C’est pas être suprémaciste de s’affirmer comme blanc et d’être fier d’être blanc. Les autres races s’affirment, il y a des ligues des Noirs ici au Québec, imaginez s’il y avait une Ligue des blancs… Les médias corrompus, les médias à la solde justement de ces Juifs là… Quand je dis « Juifs » c’est la juiverie. C’est Bronfman en arrière de Trudeau… Il travaille pour son équipe.

Meute.tv : Vous pensez que c’est le pouvoir de l’argent, au-delà de l’immigration (…)

Marcoux : C’est plus que l’argent, c’est vraiment dissoudre les nations blanches, les noyer par l’immigration. L’immigration… le métissage à la limite.

Meute.tv : Vous ne pensez pas qu’au niveau du Canada il y a moins d’immigration dans d’autres provinces qu’au Québec? (…)

Marcoux : Regarde au Québec… Allez vous promener à Toronto, il y en a de l’immigration, que ça soit légal ou illégal, l’objectif est le même, le résultat est le même. (…)

Meute.tv : Les antifas vont prétendre que…

Marcoux : Ça n’existe pas les antifas, les antifas ça n’existe pas. Les antifas c’est les sections d’assaut de cet ostie de juiverie là, la pègre mondialiste. Le messianisme juif, les francs-maçons… Quand je dis « francs-maçons » le monde lève haut de même… Toutes les associations internationalistes qui veulent justement dissoudre les nations blanches, l’Occident, le Canada -les États-Unis au départ, c’était blanc- l’Europe, la France, l’Allemagne, le Danemark, l’Angleterre…

Meute.tv : C’est mondial…

Marcoux : Non, c’est les blancs, les pays blancs. Il n’y en a pas d’immigration en Arabie Saoudite. Les Juifs, ils les sortent tous à coups de pied au cul. Ils en ont sorti 40 000 il y a pas longtemps, ils les envoient ici… avec un programme de l’ONU. (…)

 

Il est donc clair qu’un changement (ou du moins une sortie de placard) s’est opéré chez Marcoux depuis ses déclarations de quelques années auparavant voulant que son projet politique ne soit pas racial, mais « culturel »… Nous avons reproduit ci-dessous un échantillon de captures d’écran sans équivoque, saisies de son principal compte Facebook (aujourd’hui désactivé) et de ses comptes secondaires, confirmant à quelle enseigne loge Sylvain Marcoux. Notez que plusieurs des articles antisémites relayés par Marcoux proviennent du site democratieparticipative, un site néonazi français inspiré du Daily Stormer.

La bannière du principal compte de Sylvain Marcoux sur Facebook représente le carillon sacré-coeur, tandis que sa photo de profil représente une croix celtique (emblème du nationalisme blanc) et la marque ’88’ (une référence à Adolf Hitler).

 

Quelques-unes des photos de profil de Sylvain Marcoux sur Facebook.

 

La photo de profil de Sylvain Marcoux sur l’un de ses comptes secondaires est un soldat SS.

 

Un échantillon des photos chargées sur le principal compte Facebook de Sylvain Marcoux.

 

Le nationaliste canadien-français Sylvain Marcoux voue une admiration sans borne au nazi canadien Adrien Arcand… lequel était farouchement fédéraliste.  ¯\_(ツ)_/¯

 

Sylvain Marcoux se recueille sur la tombe du nazi canadien Adrien Arcand.

 

Un commentaire négrophobe de Sylvain Marcoux.

 

L’un des nombreux articles antisémites relayés par Sylvain Marcoux à partir du site néonazi français démocratieparticipative.

 

Sylvain Marcoux soutien le polémiste antisémite français Alain Soral.

 

Sylvain Marcoux aimerait bien que tous les blancs soient des nazis. À noter que le collant est un détournement produit par de petits plaisantins d’extrême droite, et non un authentique collant antifasciste. Et non, s’il est utile de le préciser, les antifascistes ne croient pas que tous les blancs sont des nazis…

 

Un mème raciste et antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Une illustration antisémite relayée par Sylvain Marcoux.

 

Un article antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Un article antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Un article antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Un article antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Un article antisémite relayé par Sylvain Marcoux.

 

Sylvain Marcoux, candidat aux élections provinciales

Marcoux a de nouveau eu l’occasion d’étaler ses idées politiques à l’automne 2018 lorsqu’il s’est présenté comme candidat indépendant aux élections provinciales dans la circonscription de Drummond-Bois-Francs. Il a alors ouvertement parlé aux journalistes de sa volonté « d’interdire l’Islam au Québec » (car à son avis les adeptes de l’Islam devraient être psychiatrisés), en plus de ressasser dans son programme tous les thèmes et les obsessions habituelles de l’extrême droite, dont celle du prétendu « Grand Remplacement » :

Les journalistes, à l’époque, l’ont traité comme une curiosité, mais aucun n’a cru bon de déplorer clairement le racisme qui était manifeste au cœur de sa campagne ou d’évoquer ses liens (pourtant assez faciles à retracer) avec l’extrême droite québécoise. Et pourtant, malgré tous ses efforts et le traitement complaisant des médias, « le peuple » s’est montré indifférent à ses propositions. Il n’a reçu qu’un seul don de 100 $ (de son propre agent officiel, Julien Chapdelaine, lui-même militant du petit milieu catholique sédévacantiste associé au Mouvement Tradition Québec) et 250 votes (un peu moins de 1 % du scrutin dans sa circonscription).

 

Le raisonnement complotiste et ses possibles dérives

Ce qui nous amène à l’été 2020. Sylvain Marcoux est donc accusé d’avoir propagé l’adresse civique du docteur Horacio Arruda en appelant de ses vœux « 1 500, 3 000, 15 000 nationalistes déchaînés » à aller « cogner dans ses vitres ».

L’opposition aux mesures de promotion de la santé publique dans le contexte de la pandémie de COVID-19 est de plus en plus répandue, regroupant ceux et celles qui croient à des théories de santé alternative plus ou moins inspirées de la culture New Age, d’autres qui se méfient du gouvernement ou ont l’impression que celui-ci outrepasse son mandat en limitant leurs droits individuels (parfois à juste titre, voir l’inquiétant projet de loi 61), et un nombre important de personnes se situant à l’extrême droite, pour qui la crise actuelle représente une étape cruciale dans l’avancée du complot mondialiste qu’elles redoutent. On remarque d’ailleurs plusieurs figures clés des milieux nationaux-populistes à la tête du mouvement anti-masques, dont Steeve Charland (ex-#2 de La Meute) et Mario Roy (Storm Alliance). Beaucoup des croyances sur l’existence d’un complot mondialiste —plus récemment associé à de prétendus réseaux pédocriminels et satanistes— s’alimentent à même les débats, réseaux et plateformes américains pro-Trump férocement xénophobes, racistes et sexistes[5].

Autant dans son opposition à Horacio Arruda et aux mesures de santé publique que dans son passage d’un nationalisme pur et dur (mais culturel!) à un militantisme néonazi décomplexé, Sylvain Marcoux reflète certaines des tendances et convergences observables au sein du nationalisme québécois et de l’extrême droite que nous nous sommes employé-e-s à exposer et combattre au cours des dernières années.

Il peut être tentant de tourner en dérision les complotistes, en soulignant à quel point ils sont bêtes et ignorants, hypocrites ou opportunistes. Ou encore d’insister sur leur caractère marginal et de rappeler que la grande majorité de la population québécoise ne partage pas de telles croyances. Néanmoins, des individus comme Sylvain Marcoux s’investissent dans les mouvements complotistes et prennent graduellement de plus en plus de risques en multipliant les provocations, tout en injectant dans ces nouveaux milieux politiques les idées toxiques du courant crypto/néonazi historiquement implanté au Québec. C’est précisément à une telle convergence que l’on assiste au sein des mobilisations actuelles contre le port du masque obligatoire. Une telle dynamique participe de la reconfiguration des forces nationales-populistes, qui sont de plus en plus soumises à l’influence des courants fascistes.

En ce sens, la trajectoire de Sylvain Marcoux est intéressante principalement par ce qu’elle révèle des transformations culturelles et politiques en cours et par ce qu’elle permet d’anticiper comme développements.

Marcoux a beau être un abruti, il n’en demeure pas moins potentiellement dangereux.

 

 


[1]               Lire à ce sujet cet excellent billet de Xavier Camus, puisque les médias traditionnels dorment sérieusement au gaz sur cette question : https://xaviercamus.com/2020/08/18/tableau-des-principaux-gourous-complotistes-du-quebec/

[2]               Le choix de parler ici d’assimilation, plutôt que d’intégration par exemple, dénote déjà une menace de coercition, et donc un rapport foncièrement inégalitaire entre la société historiquement dominante et les nouveaux et nouvelle arrivant-e-s.

[3]               Selon celles-ci, on ne peut vraiment « devenir » français, canadien-français, ou autre. Même après des décennies au Québec, ou même si ils et elles y sont parfois né-e-s, les musulman-e-s seront encore perçu-e-s comme des étrangers-ères. La « culture » a beau être distinguée de la race entendue comme une question de pigmentation de la peau, les conceptions essentialistes supposent qu’elle nous surdétermine fondamentalement (plutôt que la classe sociale, le genre ou d’autres types de rapport social structurant) et qu’elle ne peut jamais vraiment s’acquérir. De plus, l’argument connexe est d’affirmer que toutes les cultures ne se valent pas et que certaines sont supérieures à d’autres. L’appartenance ou l’affiliation culturelle devient alors un principe de hiérarchisation qui justifie diverses formes d’exclusion et de domination.

[4]               Le Mouvement Tradition Québec, sous la gouverne des militants Kenny Piché et Étienne Dumas, jusque là fidèle à la FSSPX, s’en est divorcé en 2017-18. Il semblerait  que le MTQ ait accusé cette dernière d’être devenue trop « libérale ».

[5]               Un récent exposé de Radio-Canada révélait d’ailleurs comment l’algorithme « de suggestions » de YouTube tend fortement à aiguiller les internautes qui s’intéressent à diverses théories du complot vers des sites de « réinformation » d’extrême droite, comme DMS ou Nomos.tv.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1087664/voici-comment-youtube-pourrait-vous-rendre-conspirationniste