Depuis plusieurs années maintenant, le collectif Montréal Antifasciste s’emploie à exposer des individus qui exercent une certaine influence dans les cercles d’extrême droite et fascistes au Québec.

Il existe toutefois des cas d’individus dont l’influence est a priori limitée, mais dont l’activité dans les médias sociaux révèle un engagement profond envers les préceptes du fascisme et du nazisme, et contribuent par leur désinvolture à normaliser la haine et l’intolérance en ligne. Nous croyons que le fait d’exprimer ouvertement ce genre d’idées (dont la haine des Juifs et la glorification de l’Holocauste) doit entraîner des conséquences.

Simon Fleurant de Saint-Jérôme est l’un de ces individus.

Nous croyons inutile d’épiloguer longuement sur son cas, et avons préféré faire la démonstration suivante à partir de captures d’écran tirées de ses comptes Facebook. Ce qui suit n’est qu’un échantillon; nous avons archivé des douzaines d’autres photos et statuts du même ordre.

Il semble que Simon Fleurant, qui s’identifie lui-même ouvertement comme nazi, commence ces jours-ci un emploi au service du concessionnaire St-Jérôme Chevrolet Buick GMC, dont le formulaire de contact se trouve ici.

Simon Fleurant doit commencer à travailler au concessionnaire St-Jérôme Chevrolet Buick GMC ces jours-ci…

… ou a-t-il déjà commencé à y travailler?

On se demande ce que la clientèle de cette entreprise pensera du fait qu’elle emploie un hipster nazi qui célèbre littéralement l’extermination des Juifs… (EDIT: Au lendemain de la publication de cet article, le concessionnaire a confirmé surt la page Facebook de Montréal Antifasciste que Simon Fleurant ne sera plus à leur emploi.)

Simon Fleurant travaillait jusqu’à tout récemment pour le tailleur Surmesur. (EDIT: Peu de temps après la parution de cet article, un représentant de la boutique Surmesur nous a informé que Fleurant n’était plus à leur emploi. On constate cependant qu’une vidéo promotionnelle publiée à la mi-juillet, avec Fleurant, est toujours publiée sur la page Facebook de Surmesur.)

Avertissement: cet article reproduit des captures d’écran au contenu explicitement antisémite, raciste et antiféministe.

///

 

Le profil personnel de Simon Fleurant est toujours actif en date du 10 septembre 2020.

 

Le profil «professionnel» de Simon Fleurant est actif en date du 10 septembre 2020.

 

Le profil «Amon Göth» de Simon Fleurant est toujours actif en date du 10 septembre 2020.

 

Simon Fleurant se décrit lui même comme un national-socialiste (nazi) et un «super fasciste».

 

Simon Fleurant est une sorte de «nipster», un hipster fasciste. Son profil correspond à celui des nombreuses crapules qui s’identifient à la culture politique «alt-right» et à un nationalisme identitaire traditionnaliste fortement inspiré des courants historiques fasciste et nazi.

 

Amon Göth était le fonctionnaire SS responsable du camp de concentration de Płaszów, en Pologne, durant la Deuxième Guerre mondiale. C’est visiblement un modèle d’identification pour Simon Fleurant.

 

Oswald Mosley est le plus important politicien fasciste du Royaume-Uni au XXe siècle; l’utilisation des triples parenthèses est un code de l’alt-right pour éviter de nommer les Juifs; de même, le terme «globalisme» est un euphémisme codé prisé des nationalistes blancs pour désigner les Juifs. La figure réifiée du «mondialiste» est de plus en plus reprise dans les cercles nationaux-populistes et par les théoricien-ne-s du complot pour désigner un ennemi commun; le terme «cosmopolite» sert parfois encore la même fonction chez les antisémites.

 

On aperçoit dans cette photo de profil, dans le coin supérieur droit, le sonnenrad (ou soleil noir), un symbole occulte extrêmement commun chez les néonazis.

 

Simon Fleurant s’imagine en «Super fasciste». On constate au passage qu’il «like» régulièrement ses propres statuts nazis avec son profil personnel.

 

Simon Fleurant est explicitement et grossièrement antisémite.

 

Un autre statut antisémite de Simon Fleurant sur le profil Amon Göth.

 

Sur sa page «Amon Göth», Simon Fleurant ne cache pas sa haine des Juifs.

 

Traduction de ce statut: «Je sais que j’ai ajouté de nombreux goys (sic) depuis hier, mais si j’ai ajouté un (((Juif))), c’est une erreur. À tous les youppins ou “muh raciste”, retirez-moi de votre liste d’amis et je vous laisserai en vie pour l’instant. Pour être sûr que vous n’essaierez pas de vous cacher, voici une image pour vous faire sortir.»

 

L’étendard de guerre de la Marine impériale allemande.

 

La femme parfaite de Simon Fleurant est «une jolie fille traditionelle qui ne s’intéresse pas à la politique, cuisine, fait le ménage et fait de beaux bébés blancs».

 

Pour Simon Fleurant, l’histoire d’amour idéale repose sur une affinité commune pour le nazisme.

 

Simon Fleurant ne se prend visiblement pas pour de la marde.

 

«Oh, je m’excuse, vous ai-je offensé avec mon opinion? Vous devriez entendre celles que je garde pour moi.»

 

Sur son compte personnel, Simon Fleurant a relayé avec entousiasme l’image néonazie que l’auteur du massacre de Christchurch, en Nouvelle Zélande, allait utiliser pour illustrer son «manifeste» quelques mois plus tard (le 15 mars 2019).

 

Simon Fleurant n’hésite pas à relayer de la désinformation antisémite sur son compte personnel.

 

Simon Fleurant a récemment relayé sur son compte personnel une vidéo faisant référence au clip dont dérive l’expression «Remove Kebab», un cliché repris par les néonazis pour tourner en dérision le nettoyage ethnique des musulman-e-s. C’est la chanson qu’écoutait le terroriste de Christchurch dans sa voiture quand il a lancé son attaque contre deux mosquées et tué 51 musulman-e-s, le 15 mars 2019.

 

Simon Fleurant dit se servir de son temps libre au travail pour «redpill» ses collègues. L’allégorie «Red Pill/Blue Pill» est une référence au film The Matrix largement reprise dans les cercles et réseaux nationalistes blancs pour désigner une prétendue prise de conscience en rupture avec les valeurs dominantes de la société. Ses employeurs  actuels et futurs seront sans doute intéressés de savoir ce qu’il fait pour se divertir au travail.

 

Simon Fleurant «like» un mème antisémite avec son compte personnel.

 

Simon Fleurant se moque du nom d’un client, présumément sur son lieu de travail, la mercerie Surmesur.

 

Un des très nombreux gags et mèmes racistes relayés par Simon Fleurant sur Facebook.

 

Un bel exemple de discours nationaliste blanc édulcoré. Nazi, c’est plus succint. On remarque que le mot «globalism» est surimposé sur une étoile de David.

 

Simon Fleurant a récemment relayé cette image sur son compte personnel.

 

Un mème grossièrement raciste relayé par Simon Fleurant sur son compte personnel. Traduction: «Quand tu te rends compte que les gens de ton peuple ont été jugés sur le contenu de leur caractère depuis le début.» C’est une référence à un discours célèbre de Martin Luther King Jr.

 

Simon Fleurant relaie un mème antisémite sur son compte personnel. Les portraits sont ceux de deux meurtriers de masse: Santigo William Legan (Gilroy, Californie) et Patrick Wood Crusius (El Paso, Texas). Ni l’un ni l’autre n’était juif, et les deux professaient plutôt des idées antisémites et racistes.

 

Sur son compte personnel, Simon Fleurant affirme que certains peuples devraient être exterminés.

 

Pour Simon Fleurant, l’égalité n’existe pas et le féminisme ne devrait pas exister.

 

Simon Fleurant a récemment relayé ce mème glorifiant Kyle Rittenhouse, le jeune milicien conservateur qui a tué deux hommes et mutilé un troisième en marge d’une manifestation antiraciste à Kenosha, au Wisconsin, le 25 août 2020.

 

 

– Épilogue –

Il semblerait  que cet article ait créé quelques remous immédiats dans la vie de Simon Fleurant. Si bien qu’il a supprimé son compte professionnel et limité l’audience de son compte personnel. Quant à son compte Nazi, «Amon Göth», il prétend que c’est un faux compte « créé par des antifaspour détruire sa vie ».

Alors que ses amis lui disent de tout nier en bloc, il annonce qu’il va rencontrer son employeur en matinée pour s’expliquer, sans doute pour répéter cette histoire que le compte est un faux.

Or, il a du lire trop rapidement l’article, car nous y avons clairement précisé que nous avons archivé des douzaines de statuts, et non seulement du compte «Amon Göth», mais aussi du compte personnel «Simon Royale Fleurant». —> Voir un autre important échantillon de ces captures ici. Fleurant n’est pas seulement nazi sur son compte nazi, il l’est aussi passablement sur son compte personnel! De plus, comme nous l’avions indiqué et comme on peut le voir ci-dessus dans l’article, Simon Royale Fleurant a très souvent «liké » les posts d’«Amon Göth»!

Quant à l’employeur, il a écrit sur la page Facebook de Montréal Antifasciste pour dire qu’ils prennent la situation très au sérieux. Gageons que cette rencontre matinale sera houleuse…

Il est évident que Simon Fleurant panique et essaie de sauver la face en s’inventant une excuse pourrie. Soyez assuré-e-s que nous entendons lui faire payer le coût d’être un hipster nazi en 2020. Pour cela, votre aide nous est précieuse : continuez de partager nos articles et n’hésitez pas à les transmettre aux proches et aux employeurs des individus concernés.